C’est dans les tuyaux

32
Crédit photo : Stephane Kerrad.

Naïssam Jalal au CEM

Naïssam Jalal, flûtiste, chanteuse et compositrice franco-syrienne, récemment récompensée aux Victoires du Jazz, assoiffée de rencontres et d’échanges, lance les passerelles de ses espérances.

Tantôt impétueuse, tantôt méditative, portée par la profondeur des sons du contrebassiste Claude Tchamitchian et l’ivresse des notes du pianiste Léonardo Montana, elle se donne corps et âme à sa musique et son expression respire la liberté. Une musique que l’on écoute en retenant son souffle…

Ce samedi 25 janvier, à 20 h 30, au CEM, 7C, avenue de Northwich, à Dole.

Réservations : cemdole@gmail.com ou 06 43 05 47 87. Music’ Boutic Location, 7C, avenue de Northwich, Dole. Tél. 06 86 08 20 80.

Tarifs : plein, 20 euros ; adhérents, 18 euros ; demandeurs d’emploi et étudiants, 10 euros ; moins de 12 ans, gratuit.

Yves Jamait à La Commanderie

Devenu artiste sur le tard, Yves Jamait a cependant toujours vécu en chansons. Toutes les chansons, sans distinction, sans se demander ce qu’il faut ou ce qu’il ne faut pas écouter, mais prenant tout ce que la musique des années 60 et 70 lui donne.

Et si justement cette époque lui fait évidemment entendre des tubes qu’il peut encore chanter par cœur aujourd’hui, elle ne lui offre cependant pas que des bluettes ou des saucissons sans saveur, mais aussi ces premières interrogations et ses premières prises de position (avec Maxime le Forestier, Moustaki, Béranger, Tachan, Greame Allwright, Renaud, Thiéfaine, Casthélémis…).

La chanson pour lui devient celle qui interroge, qui offre ce que les études ne lui ont pas donné et lui donne envie d’en savoir plus sur des sujets dont personne ne lui parle. Les mots résonnent dans son cœur, dans sa tête, dans son corps et déjà il rencontre Nietzsche sans le savoir, pensant certainement au fond de lui que, « sans musique, la vie serait une erreur ».

Très logiquement alors, quand les mots arrivent sous sa plume et que le succès le porte, on comprend que pour lui, la chanson ne peut pas être qu’une affaire d’industrie, mais aussi une arme et une amie essentielle pour traverser cette chienne de vie qu’il chante depuis toujours. C’est ce qu’il nous livre aujourd’hui encore : « Je prends la vie comme elle est, ici et maintenant, sans lui trouver d’autre raison que d’être en devenir, sans écouter les affabulations malsaines de prédicateurs et autres prophètes bouffis d’obscurantisme qui croupissent dans leur certitude… et j’avance, je bouge, je me meus, je change, je vis quoi !! ».

Comme Ferré chantait de la poésie pour tous, Jamait cite de la philosophie sous une plume affinée pour le plaisir de tous ceux qui le suivent et dans la plus belle tradition de la chanson.

Le vendredi 31 janvier, à 20 h, à La Commanderie, à Dole. Réservations auprès de Hello Dole au 03 84 72 11 22. Tarifs : de 33 à 36 euros.