C’est dans les tuyaux

43
Crédit photo : Hervé Frichet.

Noémi Boutin se joint au Quatuor Béla

Taillé pour l’aventure et doué d’un esprit de création sans égal, le Quatuor Béla (dont vous aviez pu entendre « La Sonate à Kreutzer », un programme de musiques russe et tchèque, en 2014) a demandé au compositeur franco-argentin Daniel d’Adamo de leur concocter une partition sur le même dispositif instrumental que le sublime et crépusculaire « Quintette à deux violoncelles » de Franz Schubert, crépusculaire sans doute parce que créé deux mois avant sa mort.

Pour exécuter cette œuvre originale qui entretient donc des effets de miroirs et d’échos avec celle du génie viennois (qui sera jouée en deuxième partie de concert) et parce qu’il est particulièrement difficile d’interpréter un quintette à quatre, le Quatuor Béla a prié l’éclatante violoncelliste Noémi Boutin de bien vouloir se joindre à leur ténébreuse affaire. Excellente idée, d’autant que la pièce de d’Adamo prend comme poétique le thème intemporel de la jeune fille mortellement attirée par l’eau : Noémi Boutin en Ophélie ou en Perséphone et les musiciens du Quatuor en liquide dormant et létal, « ça le fait », comme dirait Schubert s’il vivait aujourd’hui…

Grâce à une scénographie inventive, la jeune violoncelliste, seule, brillera dans la lumière pendant que ses homologues masculins resteront en retrait ou tapis dans l’ombre. Cette troublante dualité, outre sa beauté plastique et son sens profond, prouve qu’on peut ne pas se contenter de donner la musique à entendre, mais qu’on peut aussi, à condition d’avoir le talent pour ça, la donner à voir…

Le dimanche 1er décembre, à 17 h, au théâtre de Lons-le-Saunier. Durée : 1 h 15. Dès 9 ans. Tarif plein : 21 euros. Plus d’informations au 03 84 86 03 03.