C’est dans les tuyaux

66
Training vu par Joachim Olaya.

Costumes du XVIIe siècle à Tavaux

Les costumes créés pour la Citadelle de Besançon par les élèves de DMA1 costumier réalisateur seront présentés, de ce mardi 5 février jusqu’au 2 mars, à la médiathèque de Tavaux.

Des livres en dentelle

A partir du support « Alice au pays des merveilles » (éditions Lirabelle), cette exposition de livres en dentelle de papier vous emmène à la découverte de l’art du Kirie (prononcer kirié), art japonais du papier découpé. De ce mardi 5 au 28 février, à la médiathèque de Tavaux.

Training

Si vous avez déjà eu l’occasion de voir danser Marion Lévy, que ce soit dans sa pièce « Les Puissantes » ou dans son solo « Et Juliette », vous avez sans doute remarqué que, dès qu’elle entre en scène, quelque chose, aussitôt, se met à pétiller. Quelque chose qui sort du cadre, qui échappe à l’esprit du sérieux et qui va même jusqu’à provoque des sourires amusés ou de grands éclats de rire dans les rangs du public. Pas besoin d’avoir recours à la torture, Marion Lévy l’admet volontiers : oui, c’est vrai, elle aime faire le pitre…

C’est justement pour creuser cette veine burlesque et démuseler définitivement le clown qui est en elle que Marion Lévy a demandé à Mariette Navarro, l’autrice des « Puissantes », de lui mitonner un monologue placé sous le signe de l’auto-dérision. « Training » raconte comment, dans un monde où la vie est un concours permanent, une danseuse accumule tous les trophées possibles, se conforme à tous les codes du moment, jusqu’au jour où elle décide de fuir le système pour devenir autre chose que ce qu’on attend d’elle…

Il y a fort à parier que le parcours de cette danseuse au bord de la crise de nerfs aura un petit côté autobiographique. En revanche, ce qui pose question, c’est la contribution de Patrice Thibaud à ce spectacle : Marion Lévy sera-t-elle déguisée en mama espagnole ? Peu importe. Le ridicule, quand il est assumé, ne tue pas et peut même déboucher sur la plus belle des renaissances…

Le mardi 5 mars, à 20 h 30, à La Fabrique, à Dole. Durée estimée : une heure. Tarif plein : 21 euros.