C’est dans les tuyaux

58
Stephan Eicher sera à Dole le mardi 15 octobre.

Précieuses petites bêtes

Les insectes fascinent et inspirent les hommes depuis l’Antiquité. Si ces petites bêtes sont si précieuses, c’est qu’elles jouent un rôle important dans la biodiversité. L’exposition propose de découvrir cette science des insectes qu’est l’entomologie, en associant la présentation de documents anciens à l’approche chronologique des découvertes scientifiques dans ce domaine.

Jusqu’au samedi 4 janvier, à la médiathèque de l’Hôtel-Dieu, salle Persan, à Dole. En collaboration avec le muséum de Besançon et le Pavillon des sciences de Montbéliard.

Stephan Eicher à la Commanderie

En 2013, à la suite de la sortie de son onzième album, « L’envolée », Stephan Eicher vous avait rendu une visite fort courtoise au cours de laquelle il vous avait interprété ses toutes nouvelles chansons (dont certaines écrites par Philippe Djian, son complice de toujours) qui faisaient entendre le souffle du vent dans les grandes plaines américaines et qui sonnaient tantôt comme des complaintes, tantôt comme des ballades enlevées, tantôt comme des ritournelles jazzy.

En 2018, le chanteur suisse, grand amateur de projets excentriques, était reparti sur les routes avec une fanfare explosive et tonitruante composée de douze olibrius pour reprendre ses propres titres avec, faut-il le préciser, une grande rasade de cuivres et une bonne dose de percussions. Cette aventure avait donné naissance à un album sobrement intitulé « Hüh ! » – mais vous l’avez constaté vous-mêmes : cette fanfare n’est jamais passée dans le Jura…

C’est sans doute pour se faire pardonner ce rendez-vous manqué que Stephan Eicher revient cette saison pour vous offrir en primeur le contenu de son nouvel album (le treizième, si vous suivez bien), « Homeless song » – littéralement « chanson sans abri ». Et pour porter ces chansons sans domicile fixe, plus de fanfare tapageuse, mais un quatuor acoustique avec des instruments classiques. Stephan Eicher se serait-il assagi ? Non. C’est juste que, depuis ses débuts, le garçon n’a jamais cessé d’explorer et de prospecter, préférant l’expérimentation et le renouvellement à la routine et au confort. C’est probablement pour cela qu’on l’aime tant, celui qui chantait « Pas d’ami comme toi » : parce qu’il n’aura jamais de toit comme ami…

Guitare, chant : Stephan Eicher. Piano : Reyn Ouwehand. Vibraphone, xylophone, mandoline, cello, chant : Heidi Happy. Basse, cor, synthé : Baptiste Germser.

Mardi 15 octobre, à 20 h 30, à La Commanderie de Dole. En coréalisation avec Musik’Ap Passionato dans le cadre de la 13e édition du festival vocal Le Fruit des Voix, du 11 au 26 octobre. Tarif plein : 30 euros.

Plus d’informations au 03 84 86 03 03.