Centre d’incendie et de secours à Ranchot : les travaux ont démarré

Porté par le Service départemental d’incendie et de secours du Jura (SDIS 39) et la Communauté de communes Jura Nord, ce projet de nouvelle caserne a pour vocation de remplacer les actuels centres de Fraisans (Chaux) et Orchamps, avec l’objectif de mieux répondre aux besoins du territoire.

195
Le projet prévoit un équipement de plain-pied, et une zone de vie adaptée à une cinquantaine de pompiers ainsi qu’à la section Jeunes sapeurs-pompiers (JSP) de Jura Nord.

Ce projet a été (re)lancé en 2015 par les conseillers départementaux Natacha Bourgeois et Gérome Fassenet. Aujourd’hui, le projet est acté, et la nouvelle caserne devrait sortir de terre d’ici 2020. Elle réunira les sapeurs-pompiers volontaires de Fraisans et Orchamps, sur un site situé au centre du bassin d’interventions et de recrutement. De quoi faire face aux quelque 600 départs annuels du secteur.
Si l’intégralité des effectifs d’Orchamps est d’ores et déjà acquise à la cause, le capitaine Sourbier espère fédérer un maximum de pompiers de Fraisans. Certains ont d’ailleurs déjà intégré le dispositif de regroupement.
Situé sur la zone d’activités de Ranchot, en bordure du giratoire de la RD673  à la sortie de Ranchot, le terrain, appartenant à la CC Jura Nord, sera rétrocédé au SDIS 39. Les premiers coups de pelle viennent d’être donnés. Cette localisation épicentrale permettra des interventions plus rapides vers les communes alentours. Cet équipement deviendra la caserne pivot de Jura Nord, et pourra intervenir en soutien aux autres centres du territoires. Le projet prévoit un équipement de plain-pied, et une zone de vie adaptée à une cinquantaine de pompiers ainsi qu’à la section Jeunes sapeurs-pompiers (JSP) de Jura Nord. A l’extérieur de la caserne est prévu l’aménagement d’un parcours de santé ouvert à tous. Les travaux, démarrés début 2019, devraient se terminer début 2020.

Le recrutement, le nerf de la guerre

Si l’ouverture est prévue pour 2020, c’est dès aujourd’hui que le SDIS du Jura prépare le recrutement. Un enjeu considérable pour Frédéric Sourbier qui mise sur un partenariat avec les collectivités et les entreprises du secteur.
Objectif : libérer les salariés engagés comme volontaires sur leur temps de travail pour aller porter secours à la population.
« Nous cherchons à recruter des personnes disponibles les nuits et les week-ends, installées familialement et professionnellement, mais aussi des employés de collectivités comme Jura Nord » explique le chef de centre.
A ce jour, des entreprises locales jouent déjà le jeu, et de plus en plus d’employés communaux seraient partants.
« La convention prévoit une formation et des temps d’astreinte sur les heures de travail. En contrepartie, le SDIS dédommage les  entreprises et les collectivités pour les temps de formation et d’interventions. »
Un engagement à la carte en quelque sorte, mais qui permettra de faire tourner la caserne en journée. Pour s’engager, plusieurs conditions doivent être réunies : être âgé de 16 à 50 ans, être en bonne forme physique, passer une visite médicale, et être vacciné contre l’hépatite B.