Bois : un circuit court vers l’autonomie énergétique

Lors de son dernier conseil, la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura (CCCNJ) a lancé plusieurs projets d’ampleur. A commencer par la mise en place d’un ambitieux circuit local de bois déchiqueté.

85
Dans le Jura, quand on n'a pas de pétrole...on a du bois !

Un chauffage 100% local et « vert »

« Le fioul produit des emplois au Qatar, le bois dans le Jura. Entre les deux je n’hésite pas une seconde !» : par cette boutade, Clément Pernot, président de la CCCNJ a rappelé sa détermination à faire aboutir ce projet bois énergie. Avec ses verdoyantes forêts, la comcom regorge en effet de ressources potentielles que d’autres envient : le bois déchiqueté (transformé en plaquettes). Un bois assez abondant pour alimenter les chaufferies bois actuelles, mais aussi en développer de nouvelles comme l’a montrée une étude d’approvisionnement territorial réalisée en 2016. Le président espère donc assurer un jour l’autonomie énergétique du territoire, grâce à cette ressource renouvelable et on ne peut plus « verte ». « Un jour, on pourra dire : le chauffage dont j’ai bénéficié ce jour est issu de mon territoire » a-t-il lancé. Une vision qui sera peut-être révolutionnaire lorsque le coût des énergies fossiles flambera. En attendant, il a proposé de commencer par les bâtiments publics champagnolais. En concertation avec le maire Guy Saillard, « pourquoi pas une chaufferie bois capable d’alimenter le centre nautique Les Tritons (comcom), le collège (département), les futurs gymnases (ville), voire certains habitats de proximité (OPH39) ?». Autre avantage selon lui : « Assurer aux communes forestières un débouché pour leur bois de moindre qualité ». Enfin, le président l’assure : après la visite d’une plate-forme de transformation à La Mouille, l’investissement à envisager est limité à un bâtiment de stockage. « Nous devons être moteur, plutôt que d’attendre les opérateurs privés. Il faut impérativement qu’on avance sur ce chemin, on ne peut que réussir » a-t-il conclu.

Banque alimentaire et restos du cœur mieux logés

Les Restos du Coeur et la Banque Alimentaire du Jura disposent actuellement de locaux dans l’ancien Lycée d’Enseignement Professionnel (LEP) Herriot mis à disposition par la Ville de Champagnole. Or ces locaux ne sont plus adaptés à leur activité, qui cohabite avec les services de loisirs de Champa’Loisirs et l’accueil d’enfants de 3 à 12 ans. L’aménagement des anciens locaux de l’entreprise de décolletage Morel, situés rue Alexandre Volta, avance : les lots sont en cours d’attribution aux entreprises pour transformer ces 1.627 m² en entrepôts quasi-industriels parfaitement adaptés à des activités logistiques. Clément Pernot a en effet rappelé que Champagnole a la chance d’accueillir deux plates-formes qui redistribuent à travers tout le Jura des aliments à ceux qui en ont besoin. La dépense totale s’élève à 1.022.714 € HT, financée à 80 % par l’Etat et le Département.

Des bâtiments relais prêt à accueillir de nouvelles entreprises

« Si une entreprise arrive demain, nous pouvons lui mettre à disposition un bâtiment opérationnel » et modulable : comme l’a résumé le président, les 5.000 m2 achetés à la société Artica (placée en liquidation judiciaire le 29 juin 2018) ouvriront de nouveaux horizons industriels pour le bassin Champagnolais. Dans la droite ligne des politiques économiques conduites par André Schartzmann, le président a sauté sur « cette véritable opportunité », d’autant plus que « la comcom en a les moyens ». L’acquisition située Chemin du Mont-Rivel à Champagnole sera réalisée pour un montant de 495.000 €…et ne contient pas d’amiante.