BMW X5 xDrive45e iPerformance, l’hybride rechargeable de choc

260

Le BMW X5 avait fait forte impression lors de la sortie de sa nouvelle génération l’an passé. L’heure n’est toutefois assurément plus au gros et musculeux SUV. L’hélice l’a bien compris et propose désormais une motorisation hybride rechargeable à même de passer entre les mailles du malus. Le X5 xDrive45e iPerformance se paie en plus le luxe d’établir un nouveau record d’autonomie sur le segment hybride rechargeable premium.

L’époque n’est plus aux gros SUV aussi prompts à montrer leurs muscles qu’à émettre du CO2. Les injonctions environnementales réservent l’achat de ce type de véhicule à quelques automobilistes assez fortunés pour s’acquitter à la fois d’un prix d’achat élevé et d’un malus de plus en plus rédhibitoire. Le 1er janvier dernier, le malus maximal, celui qui touche les plus gros véhicules à partir de 184 g de CO2/km, s’élève à 12 500 € et sera appelé à augmenter dans les années à venir. Les grands constructeurs premium, les premiers touchés par ces réglementations, ont bien compris qu’il fallait trouver une parade pour conserver une clientèle de plus en plus sensible aux charmes de Tesla. Les modèles hybrides rechargeables sont une partie de la réponse. BMW l’a bien compris et propose aujourd’hui son vaisseau amiral, le X5, avec un moteur Xdrive45e iPerformance.

Entre les mailles du filet

La raison est simple : la norme WLTP, le dernier cahier des charges d’homologation en date, est particulièrement clémente avec les hybrides rechargeables. La plupart passent entre les mailles du filet et sont exonérés de malus. Pas étonnant, alors, de les retrouver chez tous les constructeurs haut de gamme, de Porsche à Volvo, en passant par Jaguar, Audi, Mercedes ou BMW. Ici, c’est un 6-cylindres électrifié qui officie, remplaçant le bloc 4-cylindres de l’ancien modèle. La puissance cumulée est de 394 ch. Là où ce X5 fait fort, c’est qu’il dispose d’une autonomie de 80 km en tout électrique jusqu’à 135 km/h. Un record absolu pour la catégorie dont les meilleurs représentants offrent environ 50 km de rayon d’action en électrique. Seul le futur Mercedes GLE 350de, aux batteries plus importantes, fera sans doute mieux. Ainsi loti, le X5 perd de son caractère sportif, mais se montre valeureux sur la route. Le poids démesuré de ce SUV de 4,92 m de large et de 2 m de long ne lui permet en effet pas de rivaliser avec ses homologues thermiques. Les batteries font passer la masse à vide à 2 435 kg. Il faut tout de même relativiser la placidité du X5 hybride rechargeable : le moteur thermique de 286 ch et le bloc électrique de 113 ch permettent d’abattre le 0 à 100 km/h en 5,6 s. Ce n’est pas rien. Le Porsche Cayenne E-Hybrid fait bien mieux, mais au détriment du mode électrique. Le X5 fait deux fois mieux que son concurrent. La consommation de carburant demeure ainsi contenue sous la barre des 7 l/100 km. Une belle performance.

Du grand art

Pour le reste, nous sommes en terrain connu. Quelques traits de plume discrets assurent au X5 la légèreté suffisante pour ne pas entrer dans la famille des pachydermes. L’ensemble ne paraît jamais pataud ou encombré, malgré certains partis pris qui flirtent avec la caricature. BMW a réussi la mue esthétique de son mastodonte. L’intérieur est plus classique. Certes, une instrumentation numérique de 12,3 pouces vient enfin remplacer les vieillissants compteurs analogiques, mais l’on retrouve la console iDrive, pour les réfractaires au tactile, et les accoudoirs iconiques de la marque. Une certaine continuité qui se retrouve dans la qualité de l’assemblage général et le niveau d’excellence des finitions, toujours aussi irréprochables. BMW démontre une nouvelle fois tout son savoir-faire en la matière. L’habitabilité profite de l’accroissement des proportions du X5, avec un espace à vivre aussi confortable qu’accueillant. Plus que jamais, le grand SUV de l’Hélice est un vaste salon sur roues. BMW a d’ailleurs pris le parti de privilégier l’accueil sur l’emport, puisque le coffre stagne à environ 650 l. Le X5 fait également la part belle à l’équipement de pointe en reprenant les technologies qui font la réputation des séries 5 et 7 avec lesquelles le SUV partage sa base technique. Semi-autonome dans les embouteillages, capable de se garer entièrement seul, disposant d’une clef de contact à écran tactile… le X5 sait tout faire tout seul, à l’instar des berlines bavaroises. On note même l’arrivée du « Reversing Assistant », un dispositif qui permet d’effectuer automatiquement une marche arrière sur 80 m en suivant l’exacte trajectoire prise en marche avant précédemment. Pratique pour reculer dans une impasse ou une ruelle piégeuse ! Sans surprise, le X5 ne brade pas ses bonnes prédispositions. Le ticket d’entrée est à 82 900 €. C’est 10 000 € de plus que la version 100 % thermique 30d 265 ch et 20 000 € de moins que la M50d de 400 ch.

Fiche technique BMW X5 xDrive45e iPerformance

Longueur : 4,92 m
Largeur : 2,00 m
Hauteur : 1,74 m
Empattement : 2,97 m
Volume du coffre : 500 l
Capacité du réservoir : 69 l
Pneumatiques : 265/50 R19 AV/AR
Poids à vide : 2 435 kg
Moteur à essence : 6 cylindres en ligne
Cylindréee : 2 998 cm3
Puissance : 286 ch
Couple : 450 Nm
Moteur électrique: 113 ch et 265 Nm
Puissance cumulée : 394 ch
Couple cumulé : 600 Nm
Transmission : intégrale
Boîte de vitesses : automatique à 8 rapports
Batterie lithium-ion de 24 kWh
0 à 100 km/h : 5,6 s
Vitesse maxi : 235 km/h
Consommation mixte : 2 l aux 100 km
Rejets de CO2 : 47 g/km
Autonomie 100 % électrique : 80 km (jusqu’à 135 km/h)
Bonus-malus écologique : neutre

Les plus

Style
Consommation
Autonomie électrique
Confort

Les moins

Comportement peu sportif