L’invité de la semaine : Bernard Mamet

Le président de l’association des maires et des présidents de communautés du Jura annonce différents événements et actualités.

55

Bernard Mamet, l’AMJ a quarante ans. Quel est le programme pour fêter cet anniversaire ?
Nous marquerons cet anniversaire à l’occasion de notre assemblée générale, qui est la dernière de ce mandat, le vendredi 12 avril, à Juraparc (Lons-le-Saunier). Nous avons voulu muscler cette assemblée générale avec une partie salon avec des invités qui vont tenir un stand.

Qui seront ces invités ?
A partir de 15 h, les maires, adjoints, conseillers municipaux, ainsi que les présidents, vice-présidents et conseillers communautaires des collectivités du Jura, pourront échanger avec : la Préfecture, la DDT, la DDCSPP, la DDFIP, COFOR, le CAUE, la gendarmerie, le Sdis, la Caf, la Chambre des notaires, la Maison de l’Europe en Bourgogne/Franche-Comté, le Sidec, le Sydom, Ecti, la Sacem, Info jeunesse Jura, Petit Gibus, la Maison de Rhénanie Palatinat, le Crédit agricole, EDF, Enedis, Groupama, la Poste, Orange…

Il est également question d’une table ronde ?
Elle sera animée par un consultant en communication sur « Ma commune, j’y tiens ». Il sera question du rôle de la commune, de ses rapports avec l’intercommunalité, des enjeux pour demain, des craintes/attentes des élus…

Comment justement améliorer les rapports des communes avec l’intercommunalité ?
Nous entendons, au niveau national, que pourrait être mise en place une conférence des maires. Bresse Haute Seille l’a déjà fait. Son président, Jean-Louis Maitre, témoigne que cela permet de rouvrir les débats et de mieux expliquer. Roger Rey explique que la même chose existe à Ecla avec le bureau élargi, ouvert aux maires et conseillers départementaux. Pour l’instant, cela reste une instance officieuse, mais elle pourrait être imposée.

Pour votre assemblée générale à 17 h, un ministre participera-t-il ?
Nous avons souhaité avoir des personnalités, mais nous n’avons pas de réponse à ce jour.

Vous organisez une nouvelle Université d’été pour les élus du Jura du 1er au 5 juillet au lycée agricole de Montmorot. Pouvez-vous nous en dire plus ?
L’Université d’été l’an dernier avait été une vraie réussite. Cette année, nous avons choisi trois pistes : une formation continue pour les maires sur l’année, une formation des futurs élus et une formation pour les élus qui arrêteraient leur mandat pour leur donner des pistes sur que faire après car parfois la rupture est brutale.

Quels changements cette année ?
L’an dernier, beaucoup de formations s’étaient déroulées sur une demi-journée. Les élus nous ont sollicités pour approfondir davantage les choses donc nous proposons des journées de formation.

Comment expliquez-vous cet engouement ?
Les élus regardent moins à venir en formation car ce ne sont plus les collectivités qui paient. Depuis 2016, ils bénéficient du financement 100 % DIF élus (droit individuel à la formation) 20 heures par an, cumulables. L’autre point qui fait le succès, c’est la qualité des intervenants. Nous sommes en plein dans les missions de l’AMJ, de faire de l’information, de la formation, pour les élus. Ces formations, c’est aussi un partage d’expériences durant lesquelles les élus se retrouvent pour un moment convivial.

L’AMJ a lancé il y a quelques semaines une enquête sur la parité au conseil municipal. Quel retour ?
Nous avons reçu 240 réponses de maires, adjoints et conseillers municipaux, dont 32 % par des femmes. La question concernait les communes de moins de 1 000 habitants pour savoir si les élus sont favorables à l’idée de monter des listes paritaires. 56,4 % ont répondu par la négative et 31,5 % positivement. 26 % des hommes sont favorables contre 45 % des femmes. Les élus précisent qu’il est déjà difficile de trouver assez de candidats…

Combien y a-t-il de femmes maires dans le Jura ?
68 sur 494 communes, et une présidente d’intercommunalité…