Des travaux pour le tourisme

Accès aux grottes, parking supplémentaire, toit de l’abbaye : le maire Serge Moreau nous dit tout.

0
92
La nouvelle passerelle pré-montée sur la falaise ne remplacera l'ancienne que l'an prochain pour cause d'hibernage des chauve-souris.

300.000 touristes environ : c’est la fréquentation impressionnante connue l’été dernier par le petit « bout du monde » jurassien, qui pointe sur le podium des best-sellers touristiques aux côtés des cascades du Hérisson.
Fort de ce succès digne d’un « Saint-Tropez » jurassien, des travaux d’ampleur ont été entrepris aux grottes où la Seille prend sa source, a retracé Serge Moreau, maire de la commune de 160 âmes. Après avoir purgé les falaises qui la surplombent de blocs instables, une société de travaux acrobatiques de Maîche a assemblé une nouvelle passerelle pour pénétrer dans les grottes.
« L’ancienne passerelle, qui passe sous la cascade, date d’au moins cent ans » rappelle le premier édile. Une passerelle étroite qui cédera la place en 2022 à une autre plus large, plus moderne…et passant au-dessus de la cascade.
Une entrée en matière moins spectaculaire et moins « nature » que Serge Moreau semble regretter, mais fait suite aux décisions de la précédente municipalité… Les travaux prendront deux années complètes, car selon lui « le chantier intègre la présence de chauve-souris ».
Une espèce protégée qui hiberne dans les grottes et dont le « sommeil » ne doit pas être dérangé, d’où la présence d’un écologue pour suivre un chantier estimé à 300.000 €. La phase finale aura lieu du 15 septembre au 15 novembre 2021 : la passerelle pré-montée remplacera alors l’ancienne…

 

Serge Moreau envisage de créer un nouveau parking, pour éviter l’asphyxie en été.

 

La problématique du stationnement

Au niveau du village, Serge Moreau réfléchit à la problématique de stationnement : l’été dernier, il a fallu ouvrir en urgence un parking temporaire dans une pâture pour éviter la paralysie complète des flux routiers. « Nous réfléchissons sur la création d’un nouveau parking plus pérenne, avec une navette montant jusqu’aux grottes ».
Dernier chantier, mais non des moindres : la réfection d’une partie de la toiture abbatiale. Près de 3 millions € seront nécessaires pour rénover la nef, puis les bas-côtés et le logis abbatial, sans compter des fissures à combler dans les murs.
Un chantier titanesque, aidé par sa sélection à la fondation du patrimoine, initiée par Stéphane Bern. Des donc privés sont plus que nécessaires pour compléter le faramineux budget, un appel est lancé en ce sens par serge Moreau, moyennant de possibles déductions fiscales.

Dons : www.fondation-patrimoine.org