Jura. Petite Montagne. Balade hivernale au Pic d’Oliferne

Ruines du Château d'Oliferne en Petite Montagne.

222
Le Château d'Oliferne
Le Château d’Oliferne
La sentinelle veille!
Il ne fait pas bon laisser un guetteur dehors en hiver!

Oyez, Oyez bonnes gens…
Surplombant le lac de Coiselet, et accessible sur la Commune de Vescles en Petite Montagne jurassienne,  le Pic d’Oliferne culmine à 807 m d’altitude.
En son sommet il abrite les ruines d’un Château du même nom, construit néanmoins au 13ème siècle, et constituant ainsi un magnifique belvédère. Ce lieu est raconté aux visiteurs par de grands panneaux explicatifs très explicites. Si l’on fait un peu d’histoire, ce territoire semble-t-il appartenait à l’origine à L’Abbaye de Saint-Claude, dont l’influence était à l’époque très vaste. C’est un superbe panorama à 360°, au-dessus du lac avec  les ruines d’une construction occupant jadis tout le sommet du pic.

Une citadelle imprenable… mais conquise en 1361

La petite histoire raconte que cette citadelle réputée imprenable fut cependant conquise en 1361 par Thibaud de Chauffour. En 1592, les troupes du Roi de France Henri IV, qui  envahirent la Franche-Comté toute proche, détruisirent de nombreux châteaux dont celui d’Oliferne.
De sinistres légendes entourent le château : on raconte ainsi qu’il fut habité par un cruel seigneur, toujours en guerre avec ses voisins. Un jour un des plus acharnés parvint à ses fins, et s’empara du château, dont le seigneur put s’échapper. Mais ses trois filles furent enfermées vivantes dans un tonneau, et précipitées de la falaise. Elles roulèrent ainsi et se perdirent dans la rivière d’Ain. Pour perpétuer le souvenir de ces événements, le peuple appela «Les Trois Damettes», les trois collines d’inégale hauteur qui se trouvent sur la rive gauche de l’Ain. Il suffit de lire les panneaux pour connaître la suite…

Été comme hiver, le site est accessible

Pour restaurer ces ruines et ce pan d’histoire locale, un chantier a été ouvert par l’Adapemont (association  en Petite Montagne bien connue) et le foyer rural de Vescles en 1997. Depuis des travaux de  restauration représentant un travail gigantesque s’effectuent régulièrement au printemps et à l’été en principe par les bénévoles de l’Association.
Un sentier aménagé et jalonné de panneaux explicatifs permet aux randonneurs de découvrir, murs d’enceinte, logis, points de vue et légendes. En empruntant le chemin, qui mène au site, été comme hiver, avec ou sans neige, le visiteur va découvrir un paysage magnifique, au milieu de la forêt, pour arriver au sommet du Pic, d’où se dégage une vue exceptionnelle, même en ces journées d’hiver, avec des mers de nuages alentours…