Auxonne : l’appel de Jacques-François Coiquil à “une union communale”

Jacques-François Coiquil, vient de lancer "un appel à l'union communale" opéré ce jour par mail au maire d'Auxonne Raoul Langlois, à Fabrice Vauchey et à Nathalie Roussel. Pour lui : "De nombreuses personnes s'activent dans différents élans de solidarités mais manquent cruellement d'une centralisation leur permettant de mieux s'organiser. Nous pouvons, grâce à nos colistiers proposer du bénévolat pour permettre aussi les réouvertures d'aides alimentaires présentes sur notre territoire". Une remarquable démarche transpartisane, altruiste et pragmatique qu'il convient de faire connaître...

1311
Jacques-François Coiquil souhaite œuvrer à une centralisation et une organisation optimisées des différents élans de solidarité locaux.

“La situation sanitaire mondiale, celle de notre pays et bien évidemment celle de notre ville est exceptionnellement sérieuse. La vitesse dévastatrice et la gravité de la crise étaient difficiles à prévoir. Cette situation impacte chacun d’entre nous, au plus profond de notre conscience” observe Jacques-François Coiquil. Lequel remarque par ailleurs :
“Les actions de solidarités menées dans notre ville et dans ses hameaux, témoignent de notre sensibilité collective face à la souffrance. Émergent ainsi de nouvelles formes de solidarité, nourries par une empathie partagée que je salue”.

Quelle réponse collective ?

“Pour nous, il est l’heure de s’inquiéter de la réponse collective que nous sommes à même de lui opposer, en imaginant une solidarité à la hauteur des évènements et en ouvrant la voie à une organisation plus globale. C’est pourquoi, en conscience et en ma qualité de citoyen engagé, je demande le dépassement des clivages et l’union communale”.
L’élu précise à ce titre :
“Hier, j’ai appelé solennellement par mail Monsieur le Maire, M. Vauchey et Mme Roussel à se joindre à moi, au sein d’un groupe de travail, pour permettre l’organisation optimale des actions menées par de nombreuses femmes et de nombreux hommes au sein de notre commune, pour répondre au mieux aux besoins des Auxonnaises et des Auxonnais, notamment les plus fragiles”.
Et de conclure, avec une remarquable honnêteté intellectuelle :
“Je sais que cet appel est un risque politique pour mes colistiers et moi. J’imagine que certains seront tentés d’en faire une récupération à des fins polémiques. Mais au-delà, il est plus que jamais nécessaire d’écrire la solidarité de notre ville. Je sais que notre rôle est celui-ci. Que les Auxonnaises et les Auxonnais en ont besoin.
C’est ensemble que nous arriverons à venir à bout des conséquences du Covid19”.