L’invitée de la semaine : Aurélie Cabrel

Elle s’est lancée dans le monde de la chanson comme son père. Depuis quelques années, elle a créé une société d’éditions et de productions musicales. Avec son équipe, elle présente actuellement un livre-disque « Zélie la pirate », qui fait l’unanimité auprès des médias.

0
168

Aurélie, vous êtes la fille de Francis Cabrel. Quel est votre parcours ?
Dans ma jeunesse, j’ai connu le monde de la chanson par mon père. Je me suis lancée et j’ai sorti deux albums, « Oserais-je » en 2011 et « A la même chaîne » en 2014.

Puis vous avez lancé « Baboo Music » avec votre compagnon, Esthen Dehut. Qu’est-ce que c’est ?
Il s’agit d’un label destiné à promouvoir mes nouveaux projets et les nouveaux artistes de demain très prometteurs tels que Wery, Allan Védé, Uhaina ou encore Mayu. Mon compagnon a rangé sa casquette de chanteur pour prendre celles de directeur artistique, réalisateur, auteur ou encore musicien.

Vous venez de créer le livre-disque « Zélie la pirate ». Vous avez dessiné avec l’illustratrice Guylaine Lafleur. De quoi parle ce conte musical ?
Voici l’histoire telle que nous avons l’habitude de la présenter…
Je suis le capitaine MacPherson, seul maître à bord, après Dieu, de l’Aramacao, le plus grand et le plus célèbre navire de pirates de la Mer des Saphyrs. Tous les marins naviguant entre le Cap des Sirènes et les Abysses du Poulpe Maudit tremblent à l’idée de croiser mon fier trois-mâts, où flotte le drapeau noir des flibustiers. Rien ne peut faire sombrer ce bateau ! Et surtout pas les tempêtes! Depuis quinze ans, nous n’en avons pas essuyé une seule ! Je sais comment les éviter ! C’est aussi pour cela que tout le monde me craint et me respecte. Tout le monde,
sauf heuuuu… Bella Rossa MacPherson, mon épouse, qui, ne supportant plus ni mes ronflements la nuit, ni la vie en mer, a préféré ouvrir une petite boutique, à terre. Il s’agit des Galeries Laplayette, situées entre le Bar des Méduses et le Bazar de l’Hôtel de l’Île.
Ensemble, nous avons eu une fille. Elle s’appelle Zélie. Elle a 15 ans, et elle vit sur mon bateau une semaine sur deux. Je n’aime pas beaucoup ça, mais je n’ai pas le choix : elle a le sale caractère de sa mère et ne rêve que d’une chose : devenir pirate ! Pour la surveiller et lui sortir cette drôle d’idée de la tête, j’ai demandé à Barbemolle, l’un de mes plus doux et plus fidèles hommes d’équipage, de veiller sur elle. Il l’aime comme sa propre fille, et comme il adore les oiseaux, il lui a offert, le jour de sa naissance, un magnifique perroquet géant qui répond au doux nom de Hashtag. Zélie y tient comme à la prunelle de ses yeux. De toutes les aventures que j’ai vécues, Zélie, Hashtag et Barbemolle m’ont sans
doute fait vivre la plus extraordinaire de toutes !
Il était une fois… Zélie la pirate !

Cette histoire a été écrite à plusieurs mains…
Effectivement, avec Esthen Dehut, Olivier Daguerre et Bruno Garcia. Olivier Daguerre s’est immergé jeune dans le milieu artistique alternatif parisien, puis il est parti vivre au Pays basque. Il a sorti plusieurs albums et a eu différentes expériences jeune public depuis 2010. Bruno Garcia a également écrit, composé et interprété une multitude de chansons et il travaille aussi pour le jeune public.
Mon père, Francis Cabrel, a écrit la préface et il joue également sur l’album.

Quels sont les retours ?
Au niveau des médias, nous avons eu plusieurs critiques positives. DH Les Sports parle de « La nouvelle Emilie Jolie », RTL jeunesse d’ « Un album jeunesse réjouissant et lumineux », Nice matin d’ « Un trésor d’originalité et de créativité » et Le Télégramme dit qu’ « On se hisse à bord avec joie ».

Quels sont vos prochains projets ?
Zélie 2 arrive prochainement… Le travail a commencé et un nouveau personnage fera son apparition.