Au 4e trimestre 2019, l’emploi salarié a connu une belle embellie… avant la crise sanitaire…

Une publication flash de l'INSEE présente l'évolution de l'emploi en Bourgogne-Franche-Comté au quatrième trimestre 2019. Suite à la crise sanitaire liée à l'épidémie de Covid19, la situation économique s'est ensuite fortement détériorée. Toutefois, cette publication qui dresse la situation juste avant, contribuera à mesurer l'impact de la crise sanitaire sur l'emploi. Détails.

0
486

Rebond de l’emploi dans le privé et dans le public

Au quatrième trimestre 2019, l’emploi salarié en Bourgogne-Franche-Comté a gagné 2880 unités, soit une augmentationde 0,3%, inédite depuis le quatrième trimestre 2018. Sur l’année 2019, les secteurs privé et public sont tous les deux bien orientés, le premier stabilisant ses effectifs, le second les augmentant.
Au niveau national, l’emploi est resté dans une bonne dynamique qui s’est accentuée : il a progressé de 0,4 % ce trimestre, deux fois plus rapidement qu’au précédent. Le secteur privé porte cette hausse alors que le nombre d’emplois dans le public est stable.

Augmentation dans tous les secteurs sauf l’industrie

Dans la région, l’emploi progresse dans la plupart des secteurs.
Il est en nette augmentation dans le commerce avec + 0,6 % e tdans les services marchands hors intérim et la construction avec+ 0,4 %. Ces trois secteurs totalisent plus de 1 900 emplois supplémentaires au quatrième trimestre 2019. Ils sont aussi en augmentation sur l’ensemble de l’année 2019.Les services non marchands progressent moins fortement, de+ 0,2 % soit 720 emplois de plus.
En 2019, ce secteur a beaucoup fluctué d’un trimestre à l’autre, tantôt à la baisse,tantôt à la hausse, pour gagner quelques emplois sur l’année.
L’intérim reste stable ce trimestre après de fortes baisses depuis début 2018.
En deux ans, les effectifs intérimaires qui avaient atteint un record, à 43 800 emplois, ont chuté de 5 000 unités. L’emploi industriel continue sa baisse quasi-ininterrompue depuis plus de 10 ans : 0,4 % d’emplois ont été perdus sur le trimestre, 1,2 % sur un an.
Seule l’agroalimentaire reste toujours très bien orientée, + 0,4 % ce trimestre et + 1,7 % sur un an.
Au niveau national, ce trimestre, tous les secteurs profitent de cette conjoncture favorable sauf l’intérim en baisse de 0,2 %. Comme en Bourgogne-Franche-Comté, la construction, le commerce et les services marchands hors intérim sont dans les meilleures dynamiques de progression. La construction présente le meilleur bilan sur l’année 2019 avec un gain de 3,3 % ce qui représente 45 000 emplois supplémentaires.

L’hébergement-restauration très dynamique

Dans la région, l’hébergement-restauration connaît la progression la plus importante avec 1,7%, confirmant sa bonne tendance sur toute l’année 2019. Le secteur des services aux entreprises avec +0,6% accélère le rythme par rapport au trimestre précédent. Les services aux ménages et les services immobiliers améliorent également leurs performances. À l’inverse, l’information-communication gagne moins d’emplois qu’au trimestre précédent et les pertes se creusent dans les services financiers.

Croissance de l’emploi dans sept départements

Au quatrième trimestre 2019, tous les départements de la Bourgogne-France-Comté sont en croissance d’emplois, sauf en Haute-Saône où il est stable avec une forte baisse des services non marchands.L’emploi du Territoire de Belfort et de la Côte-d’Or, porté par l’ensemble des secteurs hormis l’industrie, progresse respectivement de 0,7% et 0,5%. Celui du Jura progresse de 0,6% bénéficiant de la hausse importante dans les services non-marchands. Celui de la Nièvre, unique département où l’industrie n’est pas en baisse, est en augmentation de 0,4% avec une progression remarquable de 5,1% des emplois dans l’intérim.
Dans les autres départements, la progression est plus contenue: +0,2%pour le Doubs et l’Yonne, + 0,1 % pour la Saône-et-Loire où l’intérim est en net recul avec une chute de 2,9 %.

 

Méthodologie

Cet Insee Flash Conjoncture emploi est publié en partenariat avec les Urssaf et la Direccte qui co-produisent avec l’Insee les estimations trimestrielles d’emploi salarié. Celles-ci sont établies par l’Insee, en appliquant au socle annuel d’emploi construit à partir du dispositif Estel les évolutions trimestrielles issues de plusieurs sources mobilisées par l’Acoss (qui pilote au niveau national les Urssaf), la Dares (service statistique du Ministère du Travail) et l’Insee.
Jusqu’au quatrième trimestre 2017, les estimations trimestrielles d’emploi par région et département portaient seulement sur les salariés du secteur marchand hors agriculture et activité des particuliers employeurs. Depuis le premier trimestre 2018, le champ est étendu à l’ensemble de l’emploi salarié: sont donc ajoutés les salariés de la fonction publique, de l’agriculture et de l’ensemble des particuliers employeurs.Les données de cette publication prennent comme unité statistique le nombre d’emplois et le « privé » comprend l’agriculture et l’activité des particuliers employeurs. Les intérimaires sont comptabilisés au lieu et dans le secteur (services marchands) des agences d’intérim quels que soient le secteur et le lieu dans lequel ils effectuent leur mission. D’autres données sont disponibles en région en nombre de postes et sur un champ « privé » différent.

Pour en savoir plus :

Des données sur la conjoncture en Bourgogne-Franche-Comté :
https://www.insee.fr/fr/statistiques/2121815
Au niveau national, un«informations rapides» Insee-Acoss-Dares :
https://www.insee.fr/fr/statistiques?debut=0&collection=5
Les publications des URSSAF:
http://www.acoss.fr/home/observatoire-economique/publications/publications-regionales.html