Atout Lons dévoile les six piliers de son programme

A moins de 10 semaines des élections municipales, John Huet et son équipe ont livré les grandes lignes de leur projet très fourni. Morceaux choisis.

1059
L'équipe soutenant "Atout Lons" s'est étoffée de visages variés, jeunes ou moins jeunes.

« L’accès aux soins, notre priorité » 

D’après John Huet, le questionnaire destiné à sonder le coeur des lédoniens a priorisé une mesure phare : défendre l’hôpital. Et c’est donc par une rencontre avec l’Agence Régionale de Santé que John Huet entendrait commencer son mandat, ceci afin de « demander une convention d’objectifs et de moyens ». Isabelle Mouchanat « qui travaille à l’hôpital depuis 30 ans » a également proposé de « nouer un partenariat avec des facultés de médecine pour attirer des praticiens », mesure renforcée par une bourse d’études (par exemple 400 €/mois) pour des étudiants lédoniens en médecine, assortie d’une obligation de s’installer sur le territoire (par exemple pendant 5 ans). La création d’un EHPAD et d’une résidence autonomie pour les seniors sont également espérés.

Soutenir l’entrepreneuriat et le commerce

Selon Fabienne Lodde-Bernard, fluidifier l’accès au cœur de ville pourrait passer par « la généralisation du stationnement gratuit de 20 minutes » dans l’hyper-centre, mais aussi de « la gratuité totale des parkings collectifs » un peu plus lointains. Une promesse doublée de la création d’un parking réservé aux riverains ou commerçants afin de désengorger l’accès aux commerces. Le tout doublé d’une « piétonisation de certaines rues lors de périodes festives ». Pour Jawaher Samsamani, « un guichet unique local » permettrait de faciliter la création des entreprises.

 Un creuset de manifestations culturelles et sportives

« Pour soutenir ceux qui font, et favoriser le vivre ensemble », Simon Estève souhaite « ouvrir davantage les salles municipales (Juraparc, Maison commune) » aux associations, et créer un service municipal dédié à celles-ci. Autres projets : organiser des scènes ouvertes (en particulier aux jeunes) mensuelles, créer « un grand évènement culturel annuel financé par le mécénat », et « sanctuariser les subventions de fonctionnement aux associations ».

Des transports presque gratuits et des logements rénovés

Patrick Gaché a pour sa part mis en avant la création sur 5 ans d’un réseau de liaisons douces accessibles à tous. Avec par exemple un abonnement aux transports en commun à 1 €/mois, ou un plan vélo. Autre priorité pour Alhem Paris : reconquérir les nombreux logements vacants en centre-ville pour les réhabiliter. A l’instar de Vesoul, John Huet a précisé que cette opération pourrait être portée par une S.E.M sur crédits de l’Anah, après un diagnostic détaillé des travaux à réaliser, appartement par appartement.

« Favoriser le vivre ensemble »

« Disposer d’une police municipale (6 agents) est incontournable » selon Richard Fichet pour « assurer le vivre-ensemble ». Stéphane Mallet a également prôné la création d’un conseil des droits et des devoirs des familles, pour aider celles qui rencontrent des difficultés avec leurs enfants mineurs.

De l’espoir et de l’avenir pour les jeunes

Outre « la cantine scolaire à 1 € pour tous », déjà annoncée pour septembre 2020, Jean-Marc Vauchez a prêché pour la rénovation d’écoles, partant du constat « qu’une maternelle sur deux ne dispose pas de préau » par exemple. Ou encore pour la création de chantiers jeunes permettant d’ « embellir la ville en contrepartie du financement du permis de conduire » ou autre.
Le programme complet, plus ambitieux sera dévoilé autour du 15 février a conclu John Huet, qui espère le financer entre autres grâce à des économies sur le budget de fonctionnement de la ville. D’ici là, un flyer récapitulant toutes ces propositions sera distribué en boites à lettres.