Assemblée générale de la Confrérie du Royal Vin Jaune

La légende sur la bouteille de 62 cl serait-elle fausse ? Est-ce vraiment ce qu’il reste d’un litre de vin après son vieillissement ?

88
Pierre Chevrier invité d'honneur du président Yvon Mougin.

C’est au château Pécauld à Arbois que se tenait samedi dernier, l’assemblée générale de la Confrérie. Comme chaque année, le président Yvon Mougin déroulait les évènements de l’année écoulée rappelant que les membres de la Confrérie ne sont pas des professionnels de la vigne mais des amateurs qui expriment leurs avis, qui recherchent l’Excellence et l’Authenticité des vins élevés de façon traditionnelle par des passionnés. « Il est regrettable, soulignait-il de trouver en grandes surfaces des vins jaunes à 15 €. Cela prouve que sous cette appellation on trouve des merveilles mais aussi malheureusement des vins “dég…”. J’aimerais que cette année nous réfléchissions à la manière de promouvoir, de distinguer ces vins jaunes que nous aimons et qui mériteraient d’être appréciés et pas mis dans le même panier que tout et n’importe quoi. »
Yvon Mougin soulignait la disparition récente du président Jacques Chirac, jusque-là président d’honneur de la confrérie. Le président délégué Robert Aviet porte désormais ce titre.

Une conférence passionnante

Pierre Chevrier passionné de vin depuis 42 ans était l’invité d’honneur de la soirée. Collectionneur, chroniqueur et auteur de quelques ouvrages dont « L’Arbois Jaune 1774 : Vin des Lumières », il a captivé les personnes présentes et les questions ont fusé, dont une sur l’origine du contenant du vin Jaune, la fameuse bouteille de 62 cl. La réponse du conférencier en a surpris plus d’un. Citant un extrait de son ouvrage « L’Arbois Jaune 1774 », il affirme « la gentille historiette qui raconte que la contenance du clavelin actuel correspond au produit d’un litre de vin mis en pièce durant six ans et trois mois sans ouillage est, bien que touchante, totalement infondée et colportée par ceux qui ont appris l’œnologie chez les frères Grimm plutôt que dans tout autre ouvrage spécifique ». Selon lui, la bouteille de vin jaune serait née de la vente à Arbois de stocks d’invendus de commandes anglaises fin XIXe. Cette bouteille nommée “anglaise clavelin de 65 cl” s’est transformée en un flacon de 62 cl que l’on a appelé clavelin.

Séance de dédicace en fin d’assemblée générale.

Les échanges entre l’auteur et les membres de la confrérie se poursuivaient autour de la dégustation apéritive du coup de cœur de l’année et se terminaient avec un mâchon jurassien à la taverne de la Finette.

La Confrérie invite toutes les personnes qui voudraient la rejoindre à consulter le site www.confrerie-royal-vin-jaune.fr.