Arbois – Installation à huis clos du nouveau maire et de son conseil municipal

238

Sans surprise Valérie Depierre élue maire à la majorité par 18 voix et 5 bulletins blancs a officiellement débuté son premier mandat de maire lundi 25 mai. Comme elle l’avait souligné lors de la campagne électorale, l’élue a confirmé son désir de s’inscrire dans une démarche de travail en commun avec l’ensemble du conseil municipal

Le conseil municipal

Valérie Depierre, maire, sera entourée de six adjoints dont première adjointe Sylvie Regaldi en charge de la santé, de la prévention, de l’action sociale et de la solidarité ; Gilles Poulet aux ressources humaines et aux finances ; Catherine Bugada aura en charge la participation, la citoyenneté et la vie associative ; Yves Lecoq sera chargé de la culture, du patrimoine et de l’attractivité de la commune (commerces, tourisme, environnement et espaces naturels, transition écologique et numérique) ; Cécile Briot œuvrera à l’éducation, l’enfance, l’école et la jeunesse et enfin 6e adjoint Loïc Petigny sera en charge des travaux, de l’accessibilité, de la voirie et des infrastructures sportives. Les adjoints seront épaulés par deux conseillers délégués : François Druet délégué à la jeunesse et sport en soutien à Cécile Briot et Jeanne Boudry déléguée forêt en soutien à Yves Lecoq.

Les conseillers de la majorité : Valentin Chuard, Evelyne Calonne, Patrick Fantoli, Virginie Gresser, Christian Taubaty, Nathalie Bailly, Christophe Coquet, Alice Lamy, Daniel Chazerand ; les conseillers de la minorité : Martine Pingat, René Molin, Christine Château, Michel Francony, Martine Vuillemin.

 

Avant que ne se termine ce conseil, Martine Pingat a souhaité faire une déclaration :

« Comme l’a si bien dit Bernard Amiens le 15 mars, ce n’est pas la liste « Agir ensemble pour Arbois » qui gagnait les élections mais la liste « Pour Arbois, unissons forces » qui les avait perdues. Les 65 voix qui nous séparent ont été une terrible déception pour beaucoup d’Arboisiennes et d’Arboisiens qui croyaient en ma victoire. Déception d’autant plus grande qu’ils mesuraient de ce fait le comportement du maire sortant, de son investissement à détruire certains d’entre nous pendant la campagne.

Vous voilà installés après 2 mois de gestion avec pour copilote Bernard Amiens, qui selon la loi aurait dû gérer la ville avec son conseil municipal élu jusqu’à ce soir. Mais il a fait un autre choix, estimant parait-il avoir été trahi. Qui a trahi qui, peu importe …

Votre collectif en lien avec Madame Régaldi adjointe au social, en poste et réélue dans la majorité a fait un bon travail. Gérer le confinement, s’occuper des personnes âgées isolées fut certainement beaucoup plus compliqué que de commander 470 terrines pour le Biou ou 470 boîtes de chocolat pour Noël.

Madame le maire, la fraternité a des limites, que votre bon sens, je l’espère saura respecter. Aujourd’hui je voudrais croire que vous saurez vous émanciper. Je serai vigilante et reconnaîtrai très vite qui dirige la ville d’Arbois. J’ai cru comprendre que vous aviez remarqué une organisation de certains services quelque peu originale à la mairie. Oui, on peut parfois se poser la question ; mais qui commande, qui décide ?

Pendant 12 ans j’ai fait partie d’une équipe qui voulait remettre de l’ordre. Pourquoi avons-nous échoué ? Diviser pour mieux régner aurait pu être la devise de la mairie d’Arbois. Mais croyez-moi, que ce soit aux services techniques, du rez de chaussée au 2e étage des services administratifs, il y a des personnes de valeur qui travaillent pour les élus et les habitants. Tous doivent être respectés, considérés, traités avec équité. Les rôles de certains doivent sérieusement être redéfinis. Il est qu’à Arbois « nous sommes tous chefs ! », dans sa cuisine oui, pas dans son bureau à la mairie. Il faut du courage pour commander des équipes, de l’impartialité, de vraies exigences, mais aussi de la considération.

Votre expérience de coach sportif vous servira sans doute. Comme moi vous avez écouté les Arboisiennes, les Arboisiens et je l’espère entendu. Ils ont dit stop aux discours copiés collés de faux bons sentiments. Ils attendent des actions, des décisions claires. Madame le maire, vous avez promis d’agir pour et avec les Arboisiennes et les Arboisiens. Alors nous pourrons peut-être travailler ensemble.

Merci encore aux électeurs, à mes colistiers qui m’ont accordé leur confiance le 15 mars. Comme moi, ils aiment Arbois. C’est pourquoi je nous souhaite le meilleur. »