Almanach

0
19
Saint-Claude (Jura). La route de Saint-Claude à Genève, la roche percée. Sources : archives départementales, cote 7Fi321. 1923.

 

Astuces de grand-mère

Pour que la maison sente bon

Rien de plus désagréable que de rentrer chez soi à la fin d’une longue journée et de retrouver une maison qui ne sent pas bon. Le cas peut-être d’autant plus fréquent quand les jours se rafraîchissent et qu’on aère beaucoup moins.

Plusieurs astuces existent pour conserver un intérieur qui sent bon : le pot-pourri, le parfum d’ambiance, les clous de girofle dans une orange, la pomme de pin à la cannelle…

Vous pouvez aussi faire mijoter de bonnes choses. Un exemple : faire chauffer dans de l’eau à feu moyennement chaud pendant une quinzaine de minutes un mélange de quatre feuilles de laurier, une orange coupée en tranche, une grosse branche de romarin et une gousse de vanille.

 

Recette du clafoutis aux légumes

 

Ingrédients :

– 200 g de chou-fleur

– 200 g de carottes

– 100 g de petits pois

– 250 g de pommes de terre

– 1 poivron

– 2 cuillerées à soupe d’huile

– 7 œufs

– 250 ml de lait

– 2 cuillerées à soupe de parmesan râpé

– 2 cuillerées à soupe de maïzena

– sel, poivre

 

Retirer les feuilles extérieures du chou-fleur et couper son trognon, diviser le chou-fleur en petits bouquets, les plonger dans une marmite d’eau bouillante salée pendant 15 minutes, les égoutter.

Laver et essuyer le poivron, retirer les graines et les couper en petits cubes, les faire revenir dans l’huile pendant 10 minutes, saler et poivrer.

Laver et éplucher les pommes de terre, les couper en petits dés, faire cuire à l’eau bouillante salée, les égoutter.

Laver et peler les carottes, les couper en petits cubes, faire cuire à l’eau bouillante salée, les égoutter.

Ecosser les petits pois, faire cuire à l’eau bouillante salée, les égoutter.

Dans un saladier, fouetter les œufs, le lait, le fromage râpé, la maïzena, saler et poivrer jusqu’à l’obtention d’un mélange homogène.

Beurrer un plat à gratin, répartir les légumes puis verser le mélange dessus.

Faire cuire dans un four préchauffé à 210°C pendant 30 minutes.

 

Info santé

Pour une bonne rentrée

Quelques conseils pour une rentrée en pleine forme : retrouver un bon rythme de sommeil, prendre cinq minutes pour soi au réveil, retrouver de bonnes habitudes alimentaires, pratiquer une activité physique régulière, positiver…

 

Le dicton de septembre

Août mûrit, septembre vendange, en ces deux mois, tout bien s’arrange…

 

A vos agendas

 

28 septembre : journée mondiale contre la rage

Il y a encore annuellement environ 60 000 personnes qui meurent de la rage dans d’extrêmes souffrances, une grande majorité étant des enfants mordus par des chiens contaminés. Leur vaccination dans la centaine de pays encore touchés pourrait interrompre le cycle de transmission chez les chiens et vers l’homme.

Le 28 septembre est la date anniversaire du décès de Louis Pasteur…

 

Une personnalité de chez nous

Qui ne connaît pas Jean Amadou, le célèbre chroniqueur radio, écrivain, humoriste… ? Il était aussi Lédonien de naissance. Il a vu le jour dans le quartier des Toupes, juste sous Montciel, où il ramassait des champignons. « Mon père a épousé une Lédonienne : ma mère était de Lons-le-Saunier, toute la famille du côté de ma mère est jurassienne, racontait Jean Amadou, de son vrai nom, Marius Amadou, lors d’un retour à ses racines. Mon grand-père était de Saint-Claude et moi j’ai passé toutes mes vacances étant gamin à Lons et à Pont-de-Poitte où mon grand-père avait une maison qu’il avait louée. » Comme il était pêcheur, il taquinait les poissons dans l’Ain. Jean Amadou a vécu à Lyon pendant vingt ans mais tous les étés, il revenait « bien sûr » dans le Jura. « C’est pour ça que je connais très bien le Jura, notamment, outre Lons-le-Saunier, Baume-les-Messieurs et les lacs, parce que j’y allais avec mon grand-père. »

Son grand-père était tailleur à Lons. Son magasin était installé dans un monument historique, la Tour de l’Horloge, à l’entrée de la rue du Commerce. La boutique était en bas et l’atelier à l’étage. « J’ai passé étant gamin un certain nombre d’heures dans ce magasin où je montais voir la cloche par un escalier en bois », racontait-il encore. Son grand-père avait un deuxième magasin rue du Commerce.