Alerte blanche : en avant le déneigement

206
La conduite d'un chasse-neige requiert beaucoup de doigté.

A Champagnole, pas moins de 40 agents et près de 7 véhicules sont prêts à libérer les 50 km de voirie 24h sur 24.

Limite pluie/neige, cumuls de neige heure par heure, vent, température de la chaussée, point de rosée : avec l’aide de Météo France professionnels, les services techniques de Champagnole seront en alerte tout l’hiver. « Ces prévisions, fiables à 3 jours, permettent à deux agents d’astreinte (un au salage, l’autre au déneigement) de déclencher les moyens humains de jour comme de nuit » explique Flavien Delfau, directeur des services techniques. Pas moins de 40 agents (soit la totalité des services techniques) peuvent être réquisitionnés en cas de coup dur, répartis en deux équipes (une du matin et une de l’après-midi) pour assurer le déneigement et ou le salage des quelque 50 km de voirie champagnolaise. « Chaque chauffeur dispose de la carte de son secteur, avec les axes à viabiliser en priorité » précise Flavien Delfau.

Par ordre de priorité, sont donc déneigés en 4 à 5 heures environ : les casernes de gendarmerie et des pompiers, l’hôpital puis les écoles et les principales artères.

Une extrême attention

Les parkings, les lotissements et les impasses arrivant en principe en dernière position… Et les employés municipaux ne chôment pas en cas d’alerte blanche : « Déneiger requiert une extrême attention » rapporte le directeur, « il faut orienter la lame en fonction du terrain, par exemple un bateau situé sur un trottoir à la sortie d’un garage ». Les véhicules mal garés constituent une plaie pour les équipes de déneigement qui interviennent souvent dès 4 heure du matin (voire minuit ou deux heures si les cumuls de neige sont très abondants) : « cela oblige à des manœuvres et on laisse un bourrelet de neige devant et derrière les véhicules gênants ».

Soyez citoyens et faites preuve de bon sens ! Tel est donc le message lancé aux propriétaires de véhicules qui stationnent sur la voie publique. Des véhicules affectés à la viabilité hivernale, la ville n’en compte pas moins de sept : deux poids lourds équipés de lame à neige et de saleuse, un utilitaire équipé d’une lame, un tracteur, deux déneigeuses autoportées (pour les trottoirs), des fraises à neige, etc. Selon la rigueur de l’hiver, Champagnole investi en moyenne près de 30.000 € pour le seul achat de sel : « On peut en passer entre 200 et 800 tonnes par an » circonstancie Flavien Delfau (avec au moins 3-4 jours d’autonomie).

Balayer devant sa porte

A 80 €/ tonne environ, le calcul est vite fait d’autant plus que s’y ajoutent d’énormes consommations de gazole (pour pousser la neige) et l’entretien du matériel… Quant aux râleurs qui trouvent que les routes ne sont pas assez vite dégagées, on pourrait leur conseiller d’abord de balayer devant leur porte. Au sens propre et figuré, puisque chaque riverain doit aux termes de la loi, déneiger le trottoir devant sa propriété. La ville assurant au moins un passage pour les piétons sur les axes principaux…

Stéphane Hovaere