Ainés : comment rester à domicile ?

Cet enjeu majeur pour les années à venir est conditionné par la nécessaire adaptation de logements, ceci avant qu’une chute ou un problème de santé le rende inhabitable…

65
Soliha, Capeb, artisans du bâtiment mobilisés pour favoriser le maintien à domicile.

Selon la Capeb 39 (confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment), 28% des 270.000 jurassiens ont plus de 60 ans, soit 74.470 seniors. Un chiffre qui passera à  86.000 jurassiens de plus de 65 ans à l’horizon 2050.
De quoi se poser de sérieuses questions, alors que les foyers logement et les Ehpad manquent (et que ces dernières facturent plus de 2000 à 2500 €/mois leurs prestations). Alors comment faire pour rester à son domicile malgré les facultés qui déclinent ?
La solution passe par l’adaptation de son logement afin de la rendre plus sûr et plus commode à vivre sans attendre la chute fatidique (qui représente une des principales causes de décès à domicile a souligné Claude Pecclet, directeur de Soliha) ou un problème de santé handicapant. Bien vieillir, c’est bien aménager son logement a rappelé Hélène Pélissard, président de Soliha (Solidaires pour l’habitat) grâce à « la confiance dans des personnes qui trouvent des solutions ». A ce titre, Soliha peut mettre en œuvre une expertise technique et financière, subventions à l’appui.

« Il faut un choc des consciences »

Des subventions pas si inaccessibles (lire encadré) pour un panel de travaux qui peuvent rendre la vie plus facile et plus sûre : douche à l’italienne, WC surélevé, barres d’appui, monte-escaliers, volets roulants, éclairages automatiques, confort thermique, etc. A condition d’être effectués par des artisans « qui ne sont pas de simples exécutants, mais aussi des conseillers » a souligné Paul Henri Bard, directeur de la Capeb 39. En faisant confiance à des groupes nationaux (parfois peu regardants sur la qualité des travaux), le risque majeur réside dans un SAV défaillant a mis en exergue Alain Jeanney (Jeanney Domotique à Tavaux) : « en cas de panne d’un monte-escaliers, l’intervention d’un technicien peut parfois prendre des semaines ». La Capeb 39 a donc recensé 40 artisans jurassiens agréés « Handibat », offrant toutes les garanties pour la réalisation de ces travaux, comme Roland Calland, plombier à Marigna-sur-Valouse. Celui-ci a proposé que « les médecins généralistes relayent le message », un message au final simple : mieux vaut prévenir que guérir. De nombreux aînés vivent dans de (très) mauvaises conditions (en particulier en milieu rural), mais hésitent à commencer des travaux. « Il faut un choc des consciences, ne pas attendre d’être diminué » a lancé Paul-Henri Bard, qui a assuré que « 2% seulement des logements ont été adaptés ». Le potentiel d’amélioration est donc énorme : n’attendez pas pour agir !

Soliha : www.jura.soliha.fr/03.84.86.19.10
Capeb : www.capeb.fr/jura/03 84 87 01 00

Des subventions assez accessibles

70% environ des retraités seraient accessibles à des subventions (ANAH, Conseil départemental du Jura, caisses de retraites, etc.) représentant en moyenne 60% des travaux (ANAH, Conseil départemental du Jura, caisses de retraites, etc.). Vous pouvez y prétendre avec moins de 19.000 € environ de ressources par an (personne seule) sachant qu’à moins de 15.000 € environ les subventions sont maximisées. Selon Hélène Pélissard, Soliha peut même avancer les fonds correspondant à ces subventions, réduisant de beaucoup le budget à réunir pour se lancer.