Aidants familiaux, faites vous aider !

La journée nationale des aidants a montré les différents dispositifs à leur disposition. Des dispositifs visant à permettre le maintien à domicile des aidés aussi longtemps que possible..

97
Elus locaux et intervenants mobilisés pour soutenir les aidants.

Lorsqu’un proche devient âgé, handicapé, dépendant, ils se retrouvent en première ligne. « Ils » ce sont les proches qui désormais vont aider, assister des membres de leur famille…au risque de mettre parfois en péril leur propre vie, et de s’épuiser à la tâche. Aider les aidants fût donc le thème d’une journée nationale qui a rassemblé une quinzaine de stands le 8 octobre à Champagnole : « un lieu de partage pour les aidants, qui constituent un maillon essentiel de la solidarité » a résumé Clément Pernot, président de la communauté de communes Champagnole Nozeroy Jura. Selon lui, à l’aube de « la massification du papy-boom, il est temps de trouver des solutions adaptées, et de proposer aux aidants un statut mieux défini ». Didier-Pier Florentin, délégué de l’ARS 39 a précisé : « un statut rémunéré de l’aidant a été adopté au plan national, dans le cadre du plan grand âge » (congé de 3 mois N.D.L.R.). Il a aussi évoqué les projets de « baluchonnage », permettant à un tiers extérieur (bénévole ou salarié) de venir à domicile garder une personne dépendante : interdit il y a 10 ans, il est désormais permis par le code du travail. Ghislaine Benoit, adjoint à la solidarité à Champagnole a également rappelé : « Les aidants doivent savoir que beaucoup de dispositifs existent ».

Le Relais des aidants : repos et répit

Dans ce lieu unique dans le Jura, il fait bon trouver repos et répit. Thérèse Glorieux, sa coordinatrice, vient de partir en retraite mais connait tout la plateforme polinoise depuis son ouverture en 2013. « Le Relais est destiné aux proches de patients atteints de maladies neuro-évolutives (Alzheimer, Parkinson, sclérose en plaques, maladies rares, etc.) ». Des patients qui « perdent la tête » selon une expression courante, et qui posent bien des soucis à leurs proches. « Le Relais permet d’établir tout d’abord un bilan de santé de l’aidé », car certains malades (en particulier jeunes) s’ignorent, voire cachent leurs symptômes. A partir de là, ils pourront bénéficier d’une prise en charge adaptée (consultation mémoire, aide personnalisée à l’autonomie APA, repas à domicile, ménage, toilette, prise des médicaments à domicile, accueil de jour en EHPAD, etc.). Quant aux aidés, ils peuvent bénéficier de plusieurs dispositifs : « soutien psychologique, groupe de parole, sophrologie, musico- thérapie, sorties socioculturelles, etc. ». « Vous n’êtes pas seuls » conclut Thérèse Glorieux à destination des aidants, qui précise que le dispositif devrait s’ouvrir « au handicap » de manière plus générale.

Contact : 03 84 66 41 11