A la recherche des champignons

0
156
Le cèpe de Bordeaux est bien souvent appelé le Roi des Champignons

Bottes aux pieds, panier dans une main, couteau dans l’autre, la cueillette peut débuter. Certains connaissent déjà les fameux « coins à champignons », jalousement gardés tandis que d’autres partent un peu au hasard, croisant les doigts pour tomber sur une tache de mousserons ou de cèpes. Ne laissez pas la chance guider vos pas et sachez repérer les bons endroits.

La girolle (appelée Jaunotte par ici) est un excellent comestible reconnaissable par sa couleur jaune et ses plis sous son chapeau (attention, on ne parle pas de lamelles !). Ce champignon pousse d’avril à octobre, et parfois novembre si les conditions le permettent. Il se trouve majoritairement dans les sous-bois, sur des sols humides et acides, et plus souvent au pied des feuillus. Cela ne l’empêche toutefois pas de se plaire sous des résineux. La girolle ne pousse jamais en solo ! Si vous en voyez une, fouillez tout autour, il y en aura forcément d’autres. De plus, ce champignon à la chair délicate et fine revient chaque année au même endroit : elle est le synonyme même de la fameuse tache à champignons !

Un nom bien trompeur pour un champignon exceptionnel

Un peu plus tard dans la saison se récolte la célèbre trompette de la mort. Un nom bien trompeur pour un champignon exceptionnel. Appelée également craterelle ou corne d’abondance, elle se distingue très facilement par sa couleur noire et sa forme conique. De petite taille, elle n’excède pas dix centimètres et se récoltent d’août à novembre. On la trouve dans les forêts de feuillus (chênes, hêtres, charmes, ou encore châtaigniers et noisetiers), surtout lorsque la saison aura été bien arrosée. Généralement, la trompette pousse en cercles ou en troupes bien denses. Elle se déguste poêlée, légèrement assaisonnée pour bien en apprécier toutes les saveurs. Pour bénéficier de tous ses bienfaits, il est préférable de la déguster 48 heures après la récolte au grand maximum.

S’il devait y avoir un roi des champignons, pour beaucoup, ce serait le cèpe. Et surtout le cèpe de Bordeaux très apprécié des mycophiles. Il se reconnaît à son pied renflé lorsqu’il est jeune et qui devient cylindrique au fur et à mesure de sa croissance. Sa chair est blanche, non bleuissante et offre des saveurs de noisette. Elle a une odeur très agréable. Quant au chapeau, il se pare d’un brun rouge, dont les côtés sont plus clairs et soulignés d’un liseré blanc. On le trouve, lui-aussi, dans les forêts de feuillus, mais également dans les bois de conifères et dans les taillis, et même en lisière de forêts. L’automne 2020 fut d’ailleurs très généreux en cèpes en tout genre ! Il se récolte de septembre aux premières gelées.

Des saveurs incomparables

L’un des plus connus est sans doute l’agaric champêtre, ou rosés des prés. C’est une sorte de gros champignon de Paris, au goût bien plus fin et marqué. De couleur blanche, il présente des lamelles dont la couleur oscille entre le rose tendre et le vieux rose. S’il devient marron, c’est qu’il a dépassé l’âge d’être consommé. Le mieux est de le laisser sur place. Comme son nom l’indique, l’agaric champêtre se récolte dans les champs dès les premiers frimas d’automne. Il se déguste de bien des façons, notamment sauté avec une bonne persillade ou bien en omelette.

D’autres espèces moins connues mais tout aussi délectables tapissent nos bois et sous-bois jurassiens. En cas de doute, séparez toujours les espèces de champignons que vous récoltez et présentez-les à votre pharmacien pour une analyse poussée. Une intoxication aux champignons peut être dangereuse, voire mortelle. Une simple précaution vous garantit un instant de gourmandise très saisonnier, aux saveurs incomparables de l’automne.

La girolle est très appréciée pour sa chair délicatement parfumée.

 

On coupe ou on cueille ?

Deux écoles divisent les cueilleurs de champignons ? Faut-il couper ou arracher les champignons, afin de garantir une pousse l’année suivante ? En réalité, et selon des études menées sur le long terme, la récolte des champignons ne nuit pas à sa repousse annuelle. Qu’ils soient coupés ou arrachés n’y change rien, visiblement. Il serait, quoi qu’il en soit, préférable de saisir la base du pied entre le pouce et l’index, et de le tourner doucement. Ensuite, rebouchez le trou pour protéger le mycélium restant. Certains cueilleurs n’hésitent d’ailleurs pas à rejeter les déchets de leur récolte dans leur propre jardin pour y voir pousser des champignons l’année suivante.

Que dit la loi ?

La récolte des champignons doit se faire en forêt domaniale (appartenant à l’état) et dans le cadre d’une consommation familiale. Les prélèvements ne doivent pas excéder 5 litres par jour et par personne. Par ailleurs, il est formellement interdit de cueillir des champignons pour les revendre.