À la découverte de Dole et de son futur complexe aquatique et sportif

Après une courte présentation à la Visitation, la vingtaine de personnes présentes vendredi dernier, lors de la deuxième visite publique a pu se mettre en route en direction du chantier. Suite à une visite instructive menée par la guide-conférencière Nicole Régnier, les curieux ayant fait le déplacement ont pris connaissance des travaux menés au sein du complexe aquatique et sportif Barberousse.

171
Débutés en 2018, les travaux devraient s'achever en septembre 2020.

La genèse d’un projet

La décision prise par les élus de la communauté d’agglomération du Grand Dole de métamorphoser les locaux de la piscine, de la MJC et du gymnase Talagrand remonte à juin 2016. Environ un an plus tard, en octobre 2017, à l’issue d‘un appel d’offres, le groupement d’entreprises C3B (groupe Vinci) a été retenu. Débutés en 2018, les travaux devraient s’achever en septembre 2020, offrant ainsi à Dole un réel complexe aquatique et sportif.
Aussitôt, Jean-Pascal Fichère, président de la communauté d’agglomération du Grand Dole, a souhaité permettre à la population de suivre l’avancée du chantier. Limitées à 25 personnes, ces visites menées en accord avec le groupe Vinci sont précédées d’une visite guidée de Dole, permettant ainsi aux curieux de comprendre l’histoire dans lequel s’ancrera ce futur complexe.
Comme le souligne Didier, un ambassadeur de la ville, ce tour du cœur historique de Dole permet “de comprendre les évolutions successives de la ville”. Les multiples arrêts marqués permettent alors aux visiteurs de lire l’histoire de cette localité. Ces déambulations dans le passé de l’ancienne capitale du comté de Bourgogne sont riches en anecdotes et en informations et prouvent une fois de plus, comme le dit si bien la doloise Éliane, “qu’avec Dole, on n’en a jamais fini !“.

Ces déambulations dans le passé de l’ancienne capitale du comté de Bourgogne sont riches en anecdotes et en informations.


Le saviez-vous ?

Une rue des Arènes sans arène

Arrêtée dans la rue des Arènes, Nicole Régnier a raconté l’origine de l’appellation de la rue des Arènes au petit groupe, alors qu’aucune arène n’a jamais existé à Dole. Explications.
“La rue des Arènes, au départ, c’est la rue d’Arans. C’est un toponyme burgonde, c’est un lieu-dit qui s’appelait Arans et qui s’étalait jusqu’à Saint-Ylie. En 1839, une délibération municipale donne à cette rue le nom d’Arène, parce que l’on pensait qu’il y avait eu des arènes. C’est l’époque du XIXe siècle où on imagine plein d’origines antiques un peu partout…“.

La guide-conférencière Nicole Régnier racontant aux curieux l’histoire dans lequel s’ancre ce futur complexe.

Au plus près des travaux

Armée de bottes, de casques et de gilets oranges visiblement, plus personne ne souhaite porter le jaune… étonnant, non ? – la vingtaine de personnes s’est mise en mouvement. Chacun a alors pu découvrir les nouvelles installations projetées dans le complexe. Parmi celles-ci : quatre bassins, un snack, un espace bien-être,… Sur l’espace de l’ancien château de Dole devrait alors s’élever – après 25 millions d’euros – une réelle zone visant à se divertir et à prendre soin de son corps (quoique, le snack…). Afin de tenir les délais, une soixantaine de personnes travaillent aujourd’hui d’arrache-pied sur le site.

Quelques chiffres :

25 millions d’euros
4 bassins
2 gymnases
2 salles d’activités
1 espace bien-être
1 mur d’escalade
1 snack

Les prochaines visites du chantier
Pensez à réserver et munissez-vous de 7 euros par personne.
Le 20 septembre à 10h00
Le 11 octobre à 10h00
Le 18 octobre à 10h00
Le 29 novembre à 10h00