« A Forest » à découvrir cet été au Musée des beaux-arts

Le musée organise, jusqu’au 25 août, en partenariat avec l’Ensa (école nationale supérieure d’art et de design) de Dijon, une exposition intitulée « A Forest ». Elle fait suite à un atelier de recherche et de création mené par Lydie Jean-Dit-Pannel et Lionel Thenadey, enseignants dans cette institution.

216
Lors du vernissage de l’exposition, qui fait suite à l’invitation d’Amélie Lavin, directrice du musée. Crédit photo : musée des beaux-arts de Dole.

Cette exposition présente les pièces réalisées dans l’atelier de recherche et de création « A Forest », mené par Lydie Jean-Dit-Pannel et Lionel Thenadey, à l’Ensa (école nationale supérieure d’art et de design) de Dijon. Avec le soutien des productions WiP stéphane plassier. Avec : Elodie Collin, Maëva Ferreira Da Costa, Cerize Fournier, Nicolas Graff, Jade Jouvin, Camille Limbardet, Jade Maily, Virginie Nugere, Eva Pelzer, Chloé Poulain, Mona Rocher, Héloïse Roueau, Anselme Sennelier, Andréa Spartà, Anaëlle Thiéry.

Florian Gaité présente leur travail dans le texte qui suit… Lieu de conte et de cauchemar, asile autant que piège, la forêt est par définition un espace de projections, de fantasmes et d’hallucinations. L’imagination y trouve en effet un terrain qui se prête aisément à ses délires, débridée par ses angles morts et ses ombres monstrueuses. Hautement symbolique, elle s’est faite la scène des chasses d’Artémis et des orgies dionysiaques, comme des enchantements de Merlin, des comédies shakespeariennes et des mystères romantiques. C’est dans ce paysage de dissidences et de marges que cette exposition a pris forme, dans des forêts prises comme autant de refuges pour des artistes en devenir, des terrains aux formes vagues mais fertiles qui, à leur image, remodèlent en permanence leur plasticité.

Le lieu de la démesure

La forêt, c’est également le lieu de la démesure, celle du projet fou d’opéra de Fitzcarraldo comme le royaume de King Kong, deux figures chères à Lydie Jean-Dit-Pannel qui y trouve l’élan de sa création. Depuis 2015, accompagnée de son complice Lionel Thenadey, elle emmène dans ses évasions forestières les étudiants de l’école nationale supérieure d’art et de design de Dijon, d’abord dans le cadre de workshops puis dans celui d’un projet sur le long terme, un atelier de recherche et création qui les a conduits en Haute-Marne et dans les forêts vosgiennes. Ensemble, ils partagent l’expérience d’une complète immersion dans la nature, attentifs aux êtres qui l’habitent et à la sensibilité brute qu’elle ravive.

Ces différents moments de vie, aussi doux qu’intenses, les étudiants les ont traduits en œuvres, empruntant des approches conceptuelles et des stratégies plastiques qui leur ressemblent. L’inépuisable répertoire des formes naturelles a éveillé les regards contemplatifs et les désirs expérimentaux de certains, quand le contact avec ces intelligences collectives, animales et végétales, a pu éveiller la conscience écologique d’autres. La forêt y est devenue un véritable théâtre à ciel ouvert, propice à performances, une scène magique, sinon merveilleuse, sur laquelle rejouer des mythes archétypaux et inventer des contes d’un nouveau genre. Jeune pousse ou mauvaise graine, chacun y aura trouvé les moyens sensibles de son inspiration dans la promesse d’un devenir-forêt commun, comme remède à la barbarie de la civilisation.

Au musée des beaux-arts de Dole, 85, rue des Arènes. Tél. 03 84 79 25 85.