Une auto-école vraiment pas comme les autres

Sous l’égide de la Maison commune de la Marjorie, elle aide des personnes éloignées de la conduite à prendre le volant grâce à des services uniques dans la région.

0
305
Le simulateur de conduite et l'auto-école, au départ fréquentés par des habitants de la Marjorie à Lons, ont depuis acquis un rayonnement départemental. Photo archive.

Ca roule pour eux. En L’occurrence pour les centaines de candidats au permis de conduire ayant bénéficié de l’auto-école solidaire sise à la Marjorie à Lons-le-Saunier depuis 2009. Selon son père fondateur, Jean Kempf (ancien moniteur d’auto-école de son état), plus de 170 élèves ont bénéficié de cours pour passer le code en 2019. Et pas n’importe quels cours : selon lui, le système d’enseignement a évolué et les auto-écoles classiques recourent entre autres à des supports DVD…inaccessibles pour des candidats maitrisant mal le français par exemple. C’est pourquoi l’auto-école associative fait du « sur-mesure » et accompagne les candidats au code grâce à une monitrice diplômée. Même prise en charge « sur-mesure » pour la conduite, qui nécessite davantage de temps (jusqu’à 30 ou 50 heures) pour décrocher la fameuse carte rose. Car cela marche : « en 2019, 10 candidats ont décroché le permis, ce qui a permis à 7 d’entre eux de trouver par la même un travail » souligne Jean Kempf. Un nombre toutefois limité à 12 candidats présentés par an à l’examen du permis, ceci afin de ne pas prêter le flanc aux critiques de concurrence déloyale avec les auto-écoles de droit commun.

Le simulateur de conduite pour se dégrossir

Tout n’est pas pour autant idyllique, car malgré cet accompagnement hors pair « beaucoup de candidats décrochent les premiers mois », certains sont plus ou moins assidus et ne viennent plus aux leçons reconnaît Jean Kempf. D’où la mise en place d’une préformation au code de la route, (particulièrement utile à des personnes d’origine africaine ou moyen-orientale), qui peuvent ensuite s’initier aux joies d’un simulateur de conduite. D’une apparence proche d’un jeu vidéo, il permet en réalité de se retrouver -souvent pour la première fois- au volant « comme si on y était ».
De quoi « dégrossir la conduite » avant de se retrouver pour la première fois sur la route. Grâce à tous ces efforts, l’auto-école –seule en son genre dans toute la région- rend l’impossible possible. Elle n’intervient toutefois qu’auprès d’un public rencontrant des difficultés d’insertion sociale, de compréhension ou d’ordre financier, et donc sur prescription d’organismes publics, sociaux ou associatifs. La contrepartie à des tarifs défiant toute concurrence (300 à 700 € pour passer le permis), car bénéficiant de multiples subventions (Europe, Etat, ville de Lons, etc.).

Stéphane Hovaere.

Pour les seniors aussi

Grâce aux ateliers « Seniors au volant », des volontaires peuvent bénéficier d’une remise à niveau gratuite code et conduite depuis 2016. Pour des conducteurs ayant obtenu leur permis avant les années 60 ou 70, ce n’est pas du luxe vu par exemple « la multiplication des panneaux » et l’évolution du code de la route souligne Jean Kempf.
« Durant la conduite, on évalue la maîtrise du véhicule durant 30 minutes », mais sans juger…et surtout sans sanctionner.
« On ne vous retirera pas le permis, même si vous grillez un feu rouge » lance t-il avec un brin d’humour, seuls les tribunaux ou le préfet ont cette prérogative, celle de l’auto-école étant de faire de la pédagogie, pour adopter une conduite plus sûre et plus sereine.

Contact : Auto-école associative  03 84 86 28 96