Second tour des élections municipales à Auxonne : alliances de circonstances…

Fabrice Vauchey et Nathalie Roussel ont décidé de faire liste commune pour le 2e tour des municipales : voici leur communiqué commun.

190
Finalement, il y aura deux listes pour le second tour à Auxonne.

“Dans un esprit de responsabilité et de rassemblement républicain, nos listes « Auxonne Ville d’Avenir » et « Auxonne Cœur de Région », qui ont obtenu respectivement 31,71 % et 24,55 % des voix lors du 1er tour des élections municipales du 15 mars 2020, ont décidé d’unir leurs forces pour porter un projet ambitieux et financièrement responsable, au service de notre ville et de ses habitants” ont expliqué Nathalie Roussel et Fabrice Vauchey dans un récent communiqué.
“La crise sanitaire et économique que nous subissons collectivement, la complémentarité des projets portés par les deux listes lors de la campagne du 1er tour et les valeurs que nous incarnons ont tout naturellement facilité le dialogue entre les deux équipes qui a permis d’enclencher une dynamique commune”.

Fabrice Vauchey.

La déception et le choix du rassemblement

“Suite au 1er tour de l’élection municipale du 15 mars 2020, nous remercions les 497 électeurs qui ont voté pour la Liste « Auxonne, Cœur de Région » que j’ai conduite. Le résultat obtenu marque une déception importante pour notre équipe. Une crise sanitaire sans précédent nous a touchés pendant plus de 2 mois, et une crise économique d’une grande ampleur est en train de frapper notre pays avec des conséquences locales. La conjugaison de ces deux crises ne sera pas sans conséquence sur la gestion municipale à venir ” prévient Nathalie Roussel.
Laquelle détaille :
“En conséquence, et passé la déception du 1er tour, il m’a semblé, ainsi qu’à mon équipe, que l’intérêt supérieur de notre commune devait être notre priorité. Au vu de la complémentarité de nos projets et du socle de valeurs communes que nous incarnons avec la « liste Auxonne, Ville d’Avenir », nous avons pris l’initiative avec Fabrice Vauchey, dont la liste qu’il conduisait est arrivée en deuxième position lors du 1er tour, de participer à une liste de rassemblement. Nous sommes parvenus très rapidement à un accord qui va nous permettre de nous concentrer sur la campagne de second tour”.

Nathalie Roussel a opté pour l’alliance avec Fabrice Vauchey.

Un opportuniste rétro-pédalage ?

De son côté, Jacques-François Coiquil arrivé largement en tête au premier tour avec 43,72% des suffrages et légitime favori à la succession de Raoul Langlois, s’étonne :
Pour le deuxième tour des municipales, nous assistons à une fusion des listes de monsieur Vauchey et de madame Roussel. Ce n’est pas une surprise, nous nous y attendions. Nous restons curieux de son avenir. Monsieur Vauchey est un homme de fusion pour un poste, nous en avons eu l’expérience en 2014. Il n’est pas un homme de passion pour sa ville.
Comment pour les six années à venir, faire confiance à ces deux têtes de listes qui n’ont pas respecté leurs engagements de non-fusion en à peine trois mois ?” s’interroge-t-il.
Et de conclure, pragmatique :
“Avec ce deuxième tour, dépend l’avenir de notre ville. Nous avons collectivement bâti un projet pour une ville en crise. Aujourd’hui c’est notre pays qui l’est. Les budgets seront inévitablement impactés sur 2021 voire 2022, suivant l’évolution de la reprise économique, nous en sommes conscient. Cependant, à la vue de l’état des finances de notre ville, présentée dernièrement en commission, nous nous inscrirons dans les pas de François Sauvadet, Président du département de Côte d’Or qui maintiendra le même niveau d’investissement pour les communes et les territoires en 2021. Nos projets participeront à la fois à cette volonté d’investissement pour la reprise économique et vers l’attractivité touristique qui, ne l’oublions pas, représente en côte d’Or plus de 900 M€ de chiffre d’affaire ! Nous ne baisserons pas les bras, les investissements sont nécessaires pour notre ville afin d’être la référence de l’est côte-d’orien et que ceux-ci puissent profiter à l’ensemble de la population”.

 

Jacques-François Coiquil.