“2019, un tournant à ne pas rater pour la première ville du département”

Contraintes budgétaires, exigence d'immédiateté et perspectives de développement étaient au programme des vœux du premier magistrat dolois, vendredi soir à la Commanderie.

275
Jean-Baptiste Gagnoux.

C’est dans une Commanderie quasi-remplie que Jean-Baptiste Gagnoux a présenté ses vœux, vendredi soir.
Sur place pour l’écouter (et l’entendre ?), tout ce que le département ou presque, compte de forces vives. Chefs d’entreprises, élus, représentants des différentes collectivités territoriales ou de services de l’État et bien sûr, de très nombreux responsables associatifs.

Une Commanderie quasi-pleine.

Le discours débutait par un soutien aux forces de l’ordre, de circonstance. Puis embrayait sur la conjoncture nationale en déplorant “un manque de proximité grandissant” ainsi qu’une marge de manœuvre parfois bien étroite face à  “l’exigence d’immédiateté de l’opinion publique”.
Les propos se relocalisaient ensuite pour évoquer “Dole : une ville propre, fleurie et sécurisée”.
Et de rappeler notamment l’efficacité de la vidéosurveillance “qui permet tous les jours d’identifier les auteurs d’actes délictueux et de résoudre beaucoup d’affaires”.

Aménagement de la voie Grévy en piste cyclable, un lien entre le Grand Dole et le Val d’Amour

Puis de souligner l’implication de la ville-centre dans la vie culturelle et sportive, ainsi que dans les manifestations de grande envergure telles que le Week-End Gourmand du Chat Perché, ou le festival Cirque et Fanfares.
Rétrospective réjouissante aussi, avec le souvenir “de grands et beaux moments d’unité nationale vécus au stade Bobin lors de la finale et de la demi-finale de la Coupe du monde de football”. Avant d’évoquer un état des lieux (financier) plus sombre.
“Chaque année élaborer le budget devient un exercice d’équilibriste de plus en plus compliqué à assurer. Ce qui n’empêche que nous ne lâcherons rien en terme d’action sociale ou de protection de l’environnement. 2019 est un tournant à ne pas rater pour le développement de la première ville du département”.
C’est sans doute pour cela, qu’une attention toute particulière était portée au projet d’aménagement de la voie Grévy en piste cyclable, une opération d’envergure qui débutera dès cette année et qui offrira “un lien entre le Grand Dole et le Val d’Amour”.

Jean-Marie Sermier s’insurge contre le “lundi sans viande”

 

Autre point positif passé en revue, à l’inverse d’autres villes moyennes du même ordre, Dole a cette année gagné des habitants. Une “inversion de la courbe” démographique dont le premier magistrat s’est satisfait.
La soirée s’est conclue par l’intervention du député Jean-Marie Sermier. Lequel a récemment agité les réseaux sociaux, relayant sur Facebook son engagement  à “manger chaque lundi une bonne viande, en réaction à l’appel de 500 pseudo-stars et bobos parisiens qui voudraient empêcher les Français de manger ce qu’ils veulent”.
Une publication qui n’a pas manqué de faire réagir…

L’opposition fait appel à la vidéo…

Comme l’avaient annoncé préalablement aux différents journalistes présents, quelques membres de l’opposition, immédiatement après les vœux du maire et du député, une vidéo Youtube a été postée sur les réseaux sociaux. Celle-ci reprend l’historique de la hausse des bases et des taux locatif, de 2014 à 2019. Mentionnant en particulier, “depuis 2014, une hausse de la taxe d’habitation de +39,30 % et de la taxe foncière de … +186,51% !”
Pas de quoi faire réagir la majorité municipale, ni le député lui-même, qui ne souhaite pas “donner corps aux raccourcis fantaisistes” contenus dans cette publication, qui plus est “postée par le responsable de bon nombre d’augmentations fiscales, c’est à dire l’adjoint aux finances de la précédente mandature…”
“On préférerait réagir à des propositions…”