« Lire et faire lire », passeport pour la lecture…voire la réussite

Grâce à ce dispositif porté par l’UDAF du Jura et la Ligue de l'enseignement, 1.500 enfants jurassiens bénéficient de lectures à haute voix assurées chaque semaine par des bénévoles. Des bénévoles qui manquent hélas…

91
Pour les bénévoles, les regards émerveillés des enfants en disent long sur le bienfait de "Lire et faire lire".

A l’heure où les écrans phagocytent de plus en plus la vie des enfants (6h30 par jour en moyenne pour les ados et entre 3 et 4h pour les moins âgés…), jamais il n’a été aussi salvateur de se plonger dans un livre. Une initiative originale portée par l’UDAF (Union départementale des associations familiales) du Jura et la Ligue de l’enseignement du Jura vise justement à transmettre un bon virus, le « virus » de la lecture, aux enfants jurassiens. Baptisée « Lire et faire lire » par son père spirituel, l’écrivain Alexandre Jardin, l’action a permis l’an dernier d’initier environ 1.500 enfants jurassiens (âgés de 3 à 11 ans environ) à ce plaisir, synonyme également d’ouverture sur le monde et sur la culture. Selon Isabelle Desgouilles, secrétaire générale de l’UDAF, les enfants sont répartis « en petits groupes de 5 ou 6  », afin de profiter de la lecture à haute voix d’un ou deux ouvrages choisis par un bénévole. Tout le dispositif repose en effet sur l’implication de « 84 lecteurs bénévoles, répartis dans 26 communes du Jura » explique Déborah Guidez, chargée de projets éducation à la Ligue de l’enseignement du Jura. De jeunes ou moins jeunes « papis ou mamies » (puisque la charte de « Lire et faire Lire » requiert un âge supérieur à 50 ans), afin « de promouvoir les échanges intergénérationnels » et favoriser la transmission entre « petits » et « grands ».

Un développement cognitif et un vocabulaire accrus

Depuis une vingtaine d’années, Véronique Gorce sème justement des graines de mots dans l’imaginaire des enfants de Cousance et Beaufort. Devenue coordinatrice de « Lire et faire lire » sur le secteur, elle témoigne de l’attrait du dispositif : « Grande lectrice, j’ai envie de faire partager cette passion » avec le choix d’ouvrages courts, bien illustrés et collant à l’actualité (contes d’Halloween ou de Noël par exemple). Déborah Guidez renchérit : « Les bénévoles témoignent du pur bonheur ressenti durant ces moments partagés, ils ont l’impression de recevoir autant qu’ils donnent ». Il suffit de croiser le regard émerveillé des enfants pour s’en convaincre… Mais l’intérêt de cette lecture partagée ne s’arrête pas là : « Elle accroit leur développement cognitif et leur vocabulaire » ajoute-elle. Même s’il ne s’agit pas d’apprendre à lire aux enfants (ou de les faire lire), apanage des enseignants, tout ceci contribue donc à leur réussite scolaire et à leur développement personnel. Une bien belle manière de grandir…

Contact : www.lireetfaairelire.org/ 03 84 47 87 27/03 84 35 12 00

Isabelle Desgouilles, Déborah Guidez et Véronique Gorce (de g. à d.)

 

Comment ça marche ?

Pour devenir bénévole, il suffit d’avoir un peu de disponibilité et d’être âgé(e) de plus de 50 ans. Selon Isabelle Desgouilles, les séances, qui durent de 30 à 45 minutes se déroulent en général en marge du temps scolaire, entre midi et deux. Les groupes de 5 à 6 enfants se constituent par âge, afin de respecter une certaine homogénéité. Les bénévoles, encadrés par la Ligue de l’enseignement bénéficient de temps de formation et d’échanges, en contrepartie desquels ils doivent s’engager sur une année scolaire afin de respecter un rythme régulier (si possible une séance par semaine). L’engagement reste cependant souple et adapté à la disponibilité de chacun. « Les bénévoles font défaut, plusieurs écolesvolontaires les attendent » conclut Déborah Guidez. Alors renseignez vous sans attendre !