​Trop d’écran peut nuire à la santé

Des écrans partout, tout le temps : pour les petits comme pour les grands, cette mutation peut entrainer des risques physiques, voire sociologiques. A commencer par une certaine déshumanisation de la société…

15
La vie sociale numérique est-elle plus belle que la vie réelle ?

Dix écrans par foyer, sur lesquels les adultes passent en moyenne cinq heures par jour…
Ces chiffres choc – en inflation constante- tirés de l’étude “Junior connect” montre à quel point les écrans ont envahi et transformé nos vies… pour le meilleur et pour le pire !
Alors que les adultes avouent consulter leur téléphone toutes les 4 minutes, les enfants “promettent”. Puisque les 4-14 ans y passent déjà 3 heures par jour, et cette génération née au milieu des écrans (voire éduquée par eux…) risque de surprendre son monde.
Selon Cyrielle Fauvey, responsable de projet à la mutualité Française, l’écran en tant que tel n’est pas « diabolique », c’est son usage abusif qui peut l’être.

Déshumanisation des relations interpersonnelles…

Via des conférences, la Mutualité Française invite donc chacun à se questionner sur sa propre utilisation de ces outils. Leurs qualités objectives sont réelles : ils stimulent la créativité, facilite les échanges avec des personnes lointaines. A l’inverse, ils appauvrissent voire déshumanisent les relations interpersonnelles : jamais les smartphones n’ont été aussi peu utilisés pour se parler ! Et jamais il n’a été aussi compliqué d’échanger entre êtres humains qui possèdent (ou croient posséder) des centaines d’ »amis » sur les réseaux sociaux.
Chez l’enfant, des études scientifiques ont prouvé que trop d’écran entraîne des retards dans l’apprentissage du langage, ainsi qu’une baisse importante des ressources psycho- sociales (gérer ses émotions, avoir de l’empathie pour autrui, etc.).
Le « zapping » généralisé, fréquent chez les petits et les grands, a aussi un impact sur notre mémoire : celle-ci devient plus « superficielle », puisqu’elle n’enregistre pas ce flot permanent de nouvelles informations. Alors comme les cigarettes, faudra-t-il un jour une mention « Peut nuire gravement à la santé » sur les smartphones ?

Danger : lumière bleue

Tous les écrans diffusent dans ce spectre de lumière qui peut entrainer des troubles visuels sur le long terme (allant jusqu’à la cataracte ou la DMLA -dégénérescence maculaire liée à l’âge-). « Le cristallin est en outre très sollicité » lors de la vision de près explique la Mutualité Française dans ses missions de prévention.
Surtout, la lumière bleue “fait croire à notre cerveau qu’on est en plein jour” même le soir. C’est pourquoi il est conseillé d’arrêter les petits écrans avant d’aller au lit, et de réduire leur luminosité au minimum : il existe des lunettes avec filtre anti-lumière bleue, mais leur efficacité est limitée (20 à 40 % au mieux). Pour les enfants, la mutualité Française conseille à propos des écrans : « pas le matin, pas avant le coucher, par pendant les repas, pas dans la chambre ».
Des conseils dont les adultes pourraient s’inspirer pour préserver leur qualité de vie…