​Le premier campus numérique du Jura ouvre ses portes

Être diplômé de la Sorbonne ou d'une centaine d'autres formations est désormais possible depuis Lons. Une quasi-première en France.

834
Situé à côté de la gare SNCF, le campus numérique ouvrira bientôt ses portes, une quasi-première en France.

Rester dans le Jura ou partir faire des études dans une grande ville universitaire ? Ce choix binaire qui a marqué la vie d’innombrables générations de bacheliers, cédera la place au mois de septembre à une troisième voie. Lons-le-Saunier a en effet la chance de faire partie des 13 premiers « campus connectés » de France.
Selon la ville de Lons le Saunier, “ceux-ci dispenseront une centaine de formations diplômantes, des formations à distance, derrière un ordinateur mais dispensées par les plus grandes universités. On pourra donc, depuis Lons, être diplômé de la Sorbonne ou de tout autre université française inscrite dans le dispositif”. Selon Myriam El Yassa, chef du projet campus numérique, il est possible de s’inscrire au campus lédonien via Parcours Sup, et ceci jusqu’au 15 septembre. Pour des conseils et de plus amples renseignements, l’équipe du nouveau campus se tient à votre disposition. “Nos étudiants auront le même statut et le même diplôme que ceux de l’établissement d’origine” précise t-elle. Outre des facultés telles que Paris, Lyon ou encore Strasbourg, il sera également possible d’y préparer de nombreux concours : fonction publique, entrée à Sciences Po ou grandes écoles. Pour cette année de lancement, une vingtaine de places seront proposées aux jeunes (et aux moins jeunes, puisque ces formations sont ouvertes à tous, sous conditions de diplômes). Si les inscriptions sont d’ores et déjà ouvertes, les étudiants devraient prendre possession de leurs locaux (situé dans l’ex-centre de tri postal, à côté de la gare SNCF) début octobre. Et jouir de cette chance supplémentaire de réussir tout en gardant leurs repères.

Contact : 06 32 63 93 70/www.campus-numerique-lons.fr

Comment ça marche ?

Les étudiants jurassiens signeront une charte impliquant entre autres une assiduité  sur le campus d’au moins 13 heures par semaine. Les cours numérisés seront dispensés sur un ordinateur, mais Myriam El Yassa promet “un environnement bienveillant grâce à la présence de tuteurs ou de coachs”. “Un esprit de groupe sera insufflé aux étudiants” via des temps de rencontre ou de partage poursuit-elle. Le statut étudiant leur ouvrira le droit à la fameuse carte qui permettra un accès gratuit aux bibliothèques ainsi qu’à de nombreuses offres culturelles. En 2020, année scolaire  de lancement, les examens finaux se dérouleront dans les établissements d’origine. Une chose à savoir avant de s’inscrire à la faculté de Nantes ou de Marseille…